A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR À Nîmes, la restauration des Arènes, ça va repartir !

La restauration des Arènes redémarrera avant la fin du mois Photo Anthony Maurin).
La restauration des Arènes redémarrera avant la fin du mois (Photo Anthony Maurin).

Nîmes compte de nombreux monuments romains. Après la restauration totale de la Maison Carrée, temple le mieux conservé du monde antique, c'est au tour des Arènes de connaître la fin de leur chantier de restauration... en 2030 !

Nîmes est une belle ville. Elle a la chance d'utiliser au quotidien des monuments légués par des générations d'amoureux d'architecture et d'histoire. Plus emblématique d'entre tous, le fameux amphithéâtre daté du 1er siècle de notre ère. Ayant subi de multiples opérations après les nombreuses lésions du temps, le 21ème siècle lui offre une cure de jouvence.

A l'instar du Colisée romain ou du Parthénon athénien, l'amphithéâtre nîmois vaut le détour. N'ayant pas échappé aux outrages du temps passé et au climat insidieux qui faisait stagner puis geler l'eau coincée entre les pierres calcaires, les travaux de restauration redémarrent bientôt pour cet édifice au symbole ancestral.

Rappelez-vous, la tranche expérimentale concernait la travée 49 et s'est déroulée de 2009 à 2012. Par la suite, les travées de 50 à 53 ont été refaite entre 2012 et 2015. Depuis, rien. Les choses devraient changer très prochainement! Le chantier des travées allant de 43 à 48 va commencer en ce mois de mai 2017 et s'étalera jusqu'en mai 2018. Pour la suite, la restauration des travées 54 à 60 et 1 à 42 (49 travées restantes) est prévue entre 2018... et 2030!

C'est reparti pour la restauration!

Rappelons les faits passés... Après un diagnostic réalisé en 2005 par Thierry Algrin alors architecte en chef des monuments historiques, les dégradations mettaient en péril le monument. Il avait été décidé d'amorcer les travaux par la restauration de la façade de l'édifice. Ainsi, cinq travées ont été restaurées durant la première phase de travaux. Aujourd'hui, une nouvelle phase de restauration démarre, dans une démarche globale de protection.

Achevée en avril 2015, la restauration des travées 49 à 53 (Boulevard Victor Hugo) a démontré la fragilité du monument que son dégagement au 19ème siècle a rendu plus vulnérable aux infiltrations d’eau de pluie. Un diagnostic scientifique approfondi (pierre à pierre) vient d'être effectué sur l’ensemble de l’amphithéâtre, afin de confirmer et compléter les constats observés sur les cinq arches restaurées et d'avancer sur le dossier de candidature Unesco.

Des travaux en profondeur

Ce mois de mai, la restauration reprend sur les travées 43 à 48, tandis que le diagnostic se poursuit sur d'autres parties de l'amphithéâtre. Outre les façades extérieures de la couronne, il s’agit d’intervenir sur les gradins supérieurs de la cavea afin de mieux protéger le monument des entrées d’eau et assurer leur évacuation.

La réglementation impose, depuis 2009, aux collectivités propriétaires de monuments historiques, de choisir leur maîtrise d’oeuvre sur appel d’offres. Ainsi, un accord cadre a été établi pour 15 ans avec l’architecte en chef des Monuments Historiques Michel Goutal, qui poursuit le travail initié avec Thierry Algrin. Michel Goutal pilote notamment la restauration du tombeau des rois de Jérusalem, comme celle du Musée du Louvre et apporte régulièrement son expertise à l’Unesco.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité