Economie

BAGNOLS Le parrainage pour aider les demandeurs d’emploi

Mardi soir, lors de la rencontre des parrains et de leurs filleuls encadrés par FACE Gard, au Locomoti' de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Mardi soir, lors de la rencontre des parrains et de leurs filleuls encadrés par FACE Gard, au Locomoti' de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ils étaient six : six demandeurs d’emploi et six parrains, venus du monde de l’entreprise et plus précisément du groupe Areva, ce mardi soir à l’espace de coworking le Locomotiv’ de Bagnols.

Assis face-à-face, ils se sont rencontrés quelques minutes avant, et changent de binôme toutes les sept minutes, histoire que chaque parrain ait rencontré chaque filleul, et inversement.

« C’est enrichissant »

« C’est une action qu’on fait dans le Gard depuis neuf ans, et ce soir c’est le lancement à Bagnols, explique Fatima Kani, chargée de mission emploi à la fondation FACE Gard. Ils peuvent échanger sur la méthode, comment faire un CV et une lettre de motivation, simuler un entretien d’embauche… Ça permet aux filleuls de se familiariser avec le monde de l’entreprise et pour les parrains de transmettre les codes de l’entreprise. »

Les parrains sont bénévoles, et les binômes « se forment par affinités », précise la chargée de mission pour FACE Gard Margaux Villard. Tous deux s’engagent pour quatre à six mois d’accompagnement. « C’est enrichissant, on se rend compte qu’on peut apporter plein de choses, un peu sur les savoir-faire et beaucoup sur le savoir-être », affirme le directeur-adjoint de la communication d’Areva Melox Régis Faure, parrain l’année dernière.

Philippe, chef de projet chez Areva, y voit « une occasion de partager (son) expérience avec quelqu’un d’autre, pouvoir aider à s’exprimer et à s’émanciper. » De l’autre côté, Lucien, 24 ans, cherche un emploi dans le nucléaire : « j’attends d’avoir des conseils pour savoir quoi dire dans un entretien, car j’en ai déjà eu quelques uns, mais ils n’ont pas abouti. »

Un enjeu de conseil pour rapprocher de l’emploi, « mais on n’est pas là pour trouver un boulot à leur place », précise Régis Faure. « Il n’y a pas d’enjeu de recrutement, même si ça peut arriver », note Fatima Kani. Un dispositif qui doit attendre le chiffre de 70 filleuls et parrains dans le Gard, et qui porte un bilan plutôt encourageant : « l’année dernière, nous avons eu 78 % de sorties dynamiques », ajoute la chargée de mission emploi à FACE Gard. Par sorties positives, comprendre des CDD, des entrées en formation ou en stage qui, s’ils ne représentent pas la panacée, sont déjà un pas vers un emploi stable.

Et aussi :

Pourquoi Areva ? : tout simplement car le géant du nucléaire est signataire de la charte entreprises et quartiers de FACE. « C’est une façon de décliner nos obligations de revitalisation économique signées avec le préfet du Gard », précise Régis Faure. Areva a déjà participé au dispositif l’année dernière.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

29 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close