VENDREDI CULTURE QHN, rendez-vous diabolique et mystérieux…

img_5159

 

Les Avocats du Diable ne tiennent pas en place. Prix Hemingway, Prix de la Nouvelle Érotique, Snipers de mots, lectures et depuis deux ans déjà Le Brindis à la ville de Nîmes… Alors comme si tout ça ne suffisait pas, le dernier événement en date s'intitule le QHN. Si beaucoup d'éléments restent encore secrets, nous avons levé le voile sur une partie du mystère. Révélations.

Qu'est-ce que le QHN ? "C'est le fameux Quart d'Heure Nîmois, qui dit beaucoup du tempérament de la ville", explique Jacques Olivier Liby, président de l'association. Une "ponctualité endémique" en quelque sorte et un intitulé qui révèle une partie de l'esprit de la chose. Nous sommes donc bien dans notre bonne ville de Nîmes dont il s'agit de saisir un regard.

Comme le Brindis en quelque sorte…

Rappelons que le Brindis à la ville de Nîmes, conceptualisé et mis en place, il y a trois  ans par les Avocats du diable est, à la Feria des Vendanges, un hommage à la ville, prononcé par une personnalité, de la même manière qu'un torero brinde (dédie) son toro à une ou aux personnes de son choix avant de le combattre. Il y a trois ans, le premier avait été prononcé par l'écrivain-philosophe Francis WOLFF, en 2015, Zocato écrivain et journaliste avait brindé la ville, et, l'an dernier, c'est Simon Casas qui s'était prêté à l'exercice. En trois saisons seulement, l'ode à la ville a pris une dimension solennelle proportionnelle à un succès quasi-immédiat.

Le QHN un autre rendez-vous… 

De quoi se réjouir mais … "L'ADN des Avocats est d'être diaboliques et populaires", fait remarquer JOL  "nous avons donc décidé de créer le QHN, un événement totalement nouveau dans son concept avec une dimension humoristique, décalée, légère. Un portait exacerbé ou en creux, un peu reboussier qui n'exclurait pas une once de mauvaise foi." .  Sauf que même s'il est question d'une écriture sous contrainte, où le thème imposé reste la ville de Nîmes, on n'y parlera pas de tauromachie, sauf cette année, car à la Feria de Pentecôte, on fêtera les 40 ans de l'alternative de Nimeño II …  Il s'agit bien là de jouer avec les paradoxes d'une ville qui n'en manque pas, à l'image de ce quart d'heure nîmois, battement parfois miraculeux et parfois fatal…

Un tout nouvel événement donc, moment de bons mots, d'auto-dérision salvatrice, qui promet d'être succulent, pimenté, savoureux et revigorant. Voilà qui donne envie. Ne reste plus qu'à régler quelques détails : Quand ? Où ? Avec qui ? Comment faire pour en être ?

Quand ? Le dimanche 28 mai prochain à 12h30 . Rendez-vous à la demie pour le quart… qui peut être à un quart … mais qui nous garantit un Ricard et sa contre marque (une deuxième tournée).

Comment en être ? Il faut vite s'inscrire à : résidence@audiable.com. Ensuite, le 26 mai au plus tard, on reçoit le lieu de rendez-vous par mail. Il faut surveiller sa boîte.

Qui ? On l'apprend en y allant. Petite indiscrétion, on s'y verra offrir un verre de jaune, voire deux, offerts par l'Union des Clubs Taurins Paul Ricard, soutien inconditionnel.  Nous sommes bien à Nîmes …

 

Véronique Palomar

veronique.palomar@objectifgard.com

 

Partager