A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Hommage : il y a quarante ans, Nimeño II…

Les aficionados sétaient donné rendez-vous pour rendre un hommage appuyé à Nimeno II photo : Philippe gavillet de pedney./Objectif gard)
Les aficionados et les amis s'étaient donnés rendez-vous pour rendre un hommage appuyé à Nimeno II (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Les Nîmois et le peuple de l'aficion n'ont pas oublié Nimeño II. Adopté par la cité des Antonin, il y a quarante ans jour pour jour, le 28 mai 1977, le torero prodige d'ascendance auvergnate né à Spire (Allemagne) recevait l'alternative (*) au cœur des arènes de Nîmes devant 18 000 personnes, guidé par ses mentors José María Manzanares et Ángel Teruel et accompagné de son frère Alain... 

Il a désormais une statue à son effigie devant la place des Arènes. Tout un symbole... Trop tôt décédé le 25 novembre 1991 à l'âge de 37 ans, Christian Montcouquiol, alias Nimeño II, était devenu l'enfant chéri de toute une ville et des passionnés de tauromachie. Dimanche, c'est devant sa statue que s'était donnée rendez-vous une soixantaine de personnes pour un moment de recueillement en hommage à celui qui restera comme un modèle de gentillesse, de courtoisie, de courage et de modestie pour tous ceux qui ont eu la chance de croiser sa route.

Élégante septuagénaire, Françoise la Nîmoise est de ceux-là : "C'était un garçon exceptionnel. Il avait beaucoup de qualités de cœur. Il était très abordable et parlait volontiers à tout le monde et répondait aux sollicitations avec gentillesse. Quand on le croisait en ville il saluait tout le monde. C'est dommage qu'il soit parti comme ça... Il a été un exemple, une référence, pour beaucoup de jeunes toreros. Je me souviens qu'il aimait beaucoup la musique. Au début de sa carrière, avant qu'il soit connu, quand il n'avait pas de travail, l'hiver, il installait des verrous..."

Dès le matin des anonymes étaint venus fleurir la staue du torero Photo : Philippe Gavillet de cPeney /Objectif Gard)
Dès le matin, avant la cérémonie, des anonymes étaient venus fleurir la statue du torero (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Les Nîmois ont répondu nombreux à lappael pour cet hommage au torero prodige Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Les Nîmois ont répondu nombreux à l'appel pour cet hommage au torero prodige (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

À l'initiative de ce rassemblement, passionné de tauromachie s'il en est, Jean-Charles Roux explique : "En discutant avec un ami, nous nous sommes aperçus que rien n'avait été organisé par la municipalité ou les clubs taurins pour célébrer l’anniversaire de la prise d'alternative de Nimeño II. Il y a 72 heures, via les réseaux sociaux, nous avons invité les gens à venir lui rendre hommage. Cet appel a été très bien relayé. L'important aujourd'hui n'est pas que nous soyons des centaines et des centaines mais de marquer le coup. Rien n'était préparé ni prémédité, nous sommes des aficionados indépendants. Tout ça est spontané... J'ai personnellement eu la chance de vivre de très bons moments avec lui, dans l'arène et au dehors. Cet hommage est la moindre des choses..."

Jean-Charles Roux est à l'initiative de cet hommage informel au torero nîmois (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Jean-Charles Roux est à l'initiative de cet hommage informel au torero nîmois (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Au final, après le passage furtif de nombre d'anonymes venus déposer une fleur au pied de la statue avant de repartir aussi vite qu'ils étaient venus, ils étaient encore une grosse soixantaine à l'heure d'entendre un court discours improvisé par Jean-Charles Roux, puis un poème du même dédié à Nimeño II, lu par une tierce personne. L'informelle cérémonie se terminait par une reprise collégiale a capella de l'air du Toréador du Carmen de Bizet, entonné par Jean-Charles Roux, et par une longue salve d’applaudissement à l'adresse du torero prodige. Ne restait plus aux visiteurs et amis qu'à déposer de nouvelles fleurs sur la statue du regretté Christian Montcouquiol. Mais pour paraphraser Édith Piaf, ''Non, rien de rien, non, Nîmes n'a rien oublié''...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com

(*) l'Alternative est une cérémonie durant une corrida au cours de laquelle un novillero devient matador de toros

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité