ActualitésPolitique

LÉGISLATIVES Benjamin Deceuninck pour une 5e circonscription verte

Benjamin Deceuninck, entourée de Geneviève Blanc et Aurélie Genolher. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Benjamin Deceuninck, entourée de Geneviève Blanc et Aurélie Genolher. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Gérant d’une société coopérative et participative (Scop) à Saint-Florent-sur-Auzonnet, Benjamin Deceuninck, nouveau en politique, brigue la cinquième circonscription sous les couleurs d’Europe écologie les verts.

La victoire, Benjamin Deceuninck y croit. Et l’accueil qu’il reçoit sur ses visites de terrain, à travers les villages de la circonscription qu’il convoite, le conforte dans cette idée : « Les gens sont contents d’avoir une candidature écologiste qui a la capacité de rassembler sur des vrais sujets de fond », estime-t-il.

Si le parti écologiste, représenté par Yannick Jadot à l’élection présidentielle, s’est retiré en faveur de Benoît Hamon, les règles du jeu ne sont plus les mêmes pour les Législatives. Faute d’accord avec les autres candidats de gauche, « devant la division des socialistes » et « face à l’incapacité du Parti communiste et de la France insoumise à s’entendre », Benjamin Deceuninck joue sa carte. Soutenu notamment par l’élue au département Geneviève Blanc et la conseillère régionale Aurélie Genolher - qui est aussi maire de Massillargues Atuech -, il est profondément investi dans le domaine de l’économie sociale et solidaire : la SCOP qu’il dirige collecte et recycle du matériel informatique, revendu à bas prix à des écoles et associations.

Dans le programme qu’il défend, la transition écologique pourrait créer un million d’emploi. La France sortirait totalement du nucléaire pour devenir 100 % renouvelables. « La reconversion énergétique n’est pas quelque chose de négatif. Oui, il y aura des fermetures de centrales mais les salariés seront requalifiés sur des métiers positifs », explique-t-il. Autre sujet phare : l’agriculture. Fin des pesticides, développement des circuits courts, transmission des exploitations agricoles, aide à l’installation en bio, sont autant de projets visant à produire et manger mieux. Soutenir l’agriculture, c’est aussi soutenir la ruralité : « Aujourd’hui, de plus en plus d’entreprises s’installent en milieu rural pour la qualité de vie. Les conditions de développement, c’est d’avoir les infrastructures nécessaires, de maintenir les services publics », insiste le candidat.

Des propositions qui, Benjamin Deceuninck l’espère, lui permettront de tirer son épingle du jeu parmi les seize candidatures sur la cinquième circonscription.

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close