LEGISLATIVES Françoise Dumas réélue : une victoire et des émotions

dumas-francoise-2

Photo Objectif Gard

 

La députée sortante Françoise Dumas a remporté son combat du second tour des élections législatives sur la 1ère circonscription du Gard avec plus de 54,55% des voix. Yoann Gillet, le candidat du Front National est crédité de 45,45%

Avec plus de 4 100 voix d’avance sur la ville de Nîmes, Françoise Dumas a pu attendre l'arrivée des résultats des autres communes de sa circonscription avec sérénité. Dès 20h, Yoann Gillet nous affirmait : « Je viens de féliciter Françoise Dumas pour sa réélection, il n’y a pas de souci. Je m’aperçois que la circonscription est coupée en deux... Il y a Nîmes, favorable à Françoise Dumas, et le reste de la circonscription qui est à mon avantage », poursuit le candidat frontiste qui remarque que le FN a très largement progressé depuis les législatives de 2012. "J’espère que la proportionnelle sera rapidement instituée car les électeurs estiment qu’il n’y a pas de représentativité, c'est pour cela qu'ils ne se déplacent plus... Aujourd'hui, il y a un nombre record d'abstentions et c'est dommage pour la démocratie ». Le FN arrive en tête dans son fief de Beaucaire avec 62,89%, soit près de 1 000 voix d'avance. Yoann Gillet est également devant à Bellegarde, Jonquières-Saint-Vincent, notamment. La députée sortante, par ailleurs conseillère municipale à Nîmes, a un socle électoral important dans la capitale gardoise avec 62% contre 37 à Yoann Gillet.

Lorsque Françoise Dumas est arrivée dans un restaurant de l'avenue Jean-Jaurès où elle avait donné rendez-vous à ses troupes, l'émotion se lisait sur son visage. Elle les a remerciées, des trémolos dans la voix: " pour moi, c'est un combat particulier, mais je pense que nous vivons un moment historique pour le pays avec l'élection d'Emmanuel Macron, il représente le renouveau dont le pays à besoin. Nous n'avons, dans les cinq ans qui viennent, pas droit à l'erreur. Nous devons satisfaire, rassurer, donner confiance au peuple français. J'entends la colère des gens, mais aussi le silence de certains," estime la députée gardoise élue en 2012 sous l'étiquette PS. "Je n'ai pas trahi, j'ai depuis toujours des idées progressistes et réformistes. Le président est le dernier rempart, si nous n'y arrivons pas, nous serions en difficulté dans ce pays", ajoute-t-elle, acclamée par ses partisans, avant d'ajouter "qu'il fallait s'organiser, créer un nouveau mouvement localement" sans en dire plus sur ses intentions futures. "Par contre, je vais ouvrir une permanence à Beaucaire, il faut repartir à la conquête de ces territoires", avant de conclure par une pensée pour Marie Sara qui a perdu de quelques voix dans la circonscription voisine face à Gilbert Collard.

Boris De la Cruz

Partager