• Home »
  • A la une »
  • NÎMES MÉTROPOLE Dernier conseil communautaire avant la pause estivale

NÎMES MÉTROPOLE Dernier conseil communautaire avant la pause estivale

Le conseil d'agglomération avait inscrit 74 points à l'ordre du jour (Photo : Philippe Gavillet/Objectif Gard)

Le conseil d'agglomération a inscrit 74 points à l'ordre du jour lundi soir (Photo : Philippe Gavillet/Objectif Gard)

Hier soir 74 délibérations ont été votées à la majorité. Voilà ce qu'il faut retenir... 

Lundi soir, le Colisée accueillait le dernier conseil communautaire de l'agglomération de Nîmes Métropole, avant la pause estivale. Une séance bouclée en deux bonnes heures (on a connu plus long…) avec 74 délibérations à l'ordre du jour. La plupart des rapports portaient sur des ajustements budgétaires, des reports d'investissements ou des subventions versées aux communes.

L’opposition en ébullition

En préambule, le président UDI Yvan Lachaud est revenu sur la grosse fuite du 7 juillet à Nîmes. Une fuite qui a entraîné une coupure d’eau pour 5 000 à 10 000 habitants des quartiers de l’hôpital et de Pissevin. Saluant l’action des services de la SAUR - qui gère la gestion de l'eau pour le compte de l’Agglo - le centriste a rappelé : « l’urgence de la nouvelle station de pompage de Nîmes, avenue Maréchal Juin, dont nous avons programmé la réalisation. »

Pour l’opposition, le problème est ailleurs. Indigné, François Séguy (Parti de Gauche) balance : « les investissements liés au renouvellement des réseaux sont nettement insuffisants :  190 ans pour changer un tuyau ! » Quand même... D'ailleurs, la communiste Sylvette Fayet et Catherine Bernié-Boissard réclament « un vrai débat sur la gestion de l’eau ! » L'eau, un sujet auquel la gauche est particulièrement sensible : en février, les élus s'étaient révoltés contre la transformation des pénalités financières de la société privée, qui n'avait pas atteint ses objectifs en 2011 et 2015. 

Pour se défendre, Yvan Lachaud a rétorqué  : « un peu d’amnésie vous frappe ! C'est Émile Jourdan (maire PCF de Nîmes entre 1965 et 1983, NDLR) qui a signé le contrat avec la SAUR dans votre majorité ! » Peu convainquant.

Magna Porta

Autre sujet qui a ébouillanté le Colisée : Magna Porta. C'est la future zone d’activité économique de la future gare TGV de Manduel*. Oui, beaucoup de « futur » pour ce projet d'envergure qui - comme tous les grands projets - met du temps à aboutir. Pour l'heure : seulement 658 000€ ont été dépensés sur les 40 M prévus pour Magna Porta. Le conseil a entériné un report des crédits non consommés en 2016 à 2018. Pour le président centriste, tout vient à point à qui sait attendre.   

Tourisme innovant ?

C'est toute l'ambition « d’Open Tourisme LAB. » Un accélérateur régional d’innovation pour start-up spécialisées dans le tourisme. Compétence de Nîmes Métropole, le tourisme est le premier secteur économique du Gard. Sélectionnées sur appel à projet, ces entreprises innovantes bénéficieront de formations, séances de coaching, actions de mise sur le marché, de financements… Le sujet a fait l’unanimité.

Le bémol de Laurent Burgoa

Ça fait bientôt un an que l’Agglo planche sur son « projet de territoire. » Faisant état de l’avancement des travaux, le conseil a approuvé les trois piliers sur lesquels reposeront ses ambitions : cadre de vie de qualité, système économique intégré et territoire à aménager.

En charge de la rénovation urbaine, Laurent Burgoa a déploré « qu’il n’y est pas une ligne sur la rénovation urbaine. L’habitat est une politique de droit de l’agglomération et ce projet prévoit de démolir entre 1200 et 15 000 logements. Il serait bien de le mette en avant. » Vincent Allier, du groupe IEC (Intérêts et Esprit Communautaire) s'est voulu rassurant : « nous ne sommes pas encore entrés dans le détail des actions. Bien évidement, une partie sur le renouvellement urbain sera déclinée. » Au moins un chapitre ?

1,5 M€ pour la patinoire de Nîmes

Cette séance a été ponctuée de plusieurs subventions versées aux communes. Des crédits sonnants et trébuchants pour aider ls municipalités à financer leurs investissements. C'est ainsi que Caveirac obtient 12 700€ pour la création d'un skate park sur le complexe sportif du mas Vieil. Domessargues reçoit 97 500€ pour financer deux salles dédiées aux activités sportives et à la danse.

Les plus gros chèques ont été signés aux plus grandes communes de l’Agglo : Nîmes et de Saint-Gilles. Pour financer sa patinoire (4, 9M€ HT), le maire Jean-Paul Fournier décroche 1,5 M€, soit 50% du reste à charge de la commune. À Saint-Gilles, la réhabilitation l'immeuble "Cazelles" en maison des associations (1, 2M€) bénéficie de 401 000€. Avec ça, comment ne pas passer de bonnes vacances ? 

*L'ouverture de la gare est prévue pour 2019. 

Coralie Mollaret

Partager