POLITIQUE La passion cachée de… Jean-Christian Rey

Le maire de Bagnols Jean-Christian Rey, dans la Death Valley aux Etats-Unis (DR)

Le maire de Bagnols Jean-Christian Rey, dans la Death Valley aux Etats-Unis (DR)

Le maire de Bagnols et président de l’agglo du Gard Rhodanien Jean-Christian Rey a un faible pour les déserts et les grands espaces.

Si en politique, la traversée du désert est redoutée (allez donc demander à Jean-François Copé), il est un politique qui aime à les parcourir: « J’adore les déserts », lance Jean-Christian Rey avant d’énumérer tous ceux qu’il a visités, l’Islande, le Maroc, l’Egypte, le Nevada…

Une passion qui remonte à loin : « quand j’étais petit j’ai vu le feuilleton La Cloche Tibétaine, ça se passait dans la désert de Gobi, ça me faisait rêver », se souvient l’édile, qui admet « parler peu » de cette passion cachée. Dans sa jeunesse, Jean-Christian Rey se lance dans une traversée l’Europe avec son sac à dos, en quête de grands espaces. Et à l’en croire, plus de vingt ans après, rien n’a changé : « je pars souvent à l’arrache, je ne prépare pas mes voyages », admet-il.

Mais pourquoi les déserts ? « C’est apaisant, étonnant, le temps s’arrête, vous vous retrouvez avec vous même. Et cette immensité qui se répète à perte de vue me fascine, c’est magique », tente d’expliquer le maire de Bagnols. Le désert est aussi une école de l’humilité : « c’est aussi pour ça que ça me plaît, dans le désert plus qu’ailleurs, il faut respecter la nature, ne pas la prendre à la légère. » Plus étonnant, les déserts pour lui c’est aussi… les rencontres : « au Maroc, je traversais un coin super désertique, je me suis arrêté, et trois personnes sont sorties de nulle part, on a fait des rencontres sympas. »

S’il a voyagé parfois loin pour assouvir sa passion pour les déserts, l’élu a aussi un faible pour l’Aubrac, « et ses plateaux aux vastes étendues sans personne. » Reste encore quelques déserts à inscrire à son palmarès, et deux en priorité : « le désert australien et celui de Gobi en Mongolie, je rêve de les faire un jour. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Partager