NÎMES Jean-Paul Fournier soutient son adjoint mis en examen

Jean-Paul Fournier était présent sur le bureau de vote des Costières. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Jean-Paul Fournier était présent sur le bureau de vote des Costières. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Une semaine après sa mise en examen pour « trafic d'influence, tentative de trafic d'influence et favoritisme » dans l’affaire de la SENIM, Franck Proust reçoit le soutien du maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier.

Une période estivale compliquée pour Franck Proust… Il y a une semaine, la justice a décidé de mettre en examen le premier adjoint de Nîmes et député européen pour « trafic d'influence, tentative de trafic d'influence et favoritisme. » L’affaire remonte à 2006, lorsque Franck Proust était président de la SENIM (société d'économie mixte de Nîmes Métropole). La justice soupçonne des « irrégularités » concernant des ventes de terrains et, des appels d'offres menés à l'époque par la SENIM.

« Franck Proust est un homme que je connais depuis près de trente ans, et jamais je n’ai douté un seul instant de sa probité et de son honnêteté » déclare Jean-Paul Fournier, convaincu « que dans les semaines à venir, son innocence sera prouvée. Lorsqu’il était président de la SENIM, nous travaillions de concert et malgré une situation difficile à l’époque, il a été remarquable. Il a ma confiance, mon soutien, et mon amitié. » À suivre...  

*En l’absence de jugement, toute personne est présumée innocente.

Lire aussi : NÎMES Franck Proust mis en examen pour trafic d’influence et favoritisme

NÎMES Mis en examen, Franck Proust se défend… et attaque

Partager