A la uneActualitésSociété

NÎMES « Nemausus », la web-série qui va faire voyager… dans le temps!

Quentin Uriel, prêt à diriger ses troupes et à faire briller le passé et le présent de Nîmes Photo Aymar Koulaninga).
Quentin Uriel, prêt à diriger ses troupes et à faire briller le passé et le présent de Nîmes (Photo Aymar Koulaninga).

Nemausus, une web-série tournée à Nîmes par des Nîmois en octobre prochain, cherche des comédiens, figurants et fait appel à toute les bonnes volontés nîmoises des passionnés d'histoire et de cinéma.

L'histoire est belle, humaine, naissante et grandissante. K-prodz va de l'avant et le fait savoir! Ce petit bijou bien nîmois est une boite de production encore méconnue mais en plein essor. Actuellement, elle prépare un grand projet qui ne saurait déplaire et qui fait déjà l'unanimité. "En octobre, nous allons tourner une web-série que l'on prépare depuis plus d'un an. L'idée est née après quelques courts-métrages tournés à Nîmes... Nous voulions du Hollywood mais ici, c'est impossible, alors nous faisons du Nîmois!" lance fièrement Quentin Uriel, patron de K-Prodz, qui s'occupe, par exemple, des videos des Grands Jeux Romains. "Des Nîmois filmeront et parleront des Nîmois. On ne se prend pas la tête mais on essaie d'être sérieux, on va se régaler!".

En gros, c'est l'histoire d'un gars qui conduit le petit train de l'Office de Tourisme de Nîmes. C'est un mélange de Ben Stiller et de Monsieur Brun dans Pagnol. Tout commence au Gambrinus, un célèbre et typique troquet de la cité des Antonin, endroit choisi par les scénaristes pour débuter l'intrigante intrigue. "Au Gambrinus, ça parle fort, les Nîmois sont vraiment Nîmois, ça blague, ça chambre, c'est typique! Notre conducteur de petit train renverse un autre gars, un légionnaire qui parle Latin et qui voyage dans le temps" tease Quentin Uriel.

Lors de dix épisodes de cinq minutes chacun, le téléspectateur pourra vivre, gratuitement et à volonté sur une chaîne Youtube spécifique, cette nouvelle expérience nîmoise à travers le temps et les gens. Chaque épisode débutera par un petit flash-back (donc on y parlera Latin, suivez un peu!). "Nous voulions caler l'histoire sous Cesar mais après une discussion fantastique avec Eric Dars (NDLR qui n'est autre que le "présentateur" des Grands Jeux Romains), nous allons nous diriger vers une époque un peu plus récente, celle du règne de Néron. C'est plus dark, la vie y est incroyable et finalement, c'est un choix qui nous offre plus de possibilités, surtout quand on pense à l'incendie de Rome..." ajoute Quentin.

K-Prods Photo Guilhem Canal).
K-Prodz (Photo Guilhem Canal).

Co-écrits avec Grégoire Aubin, les épisodes seront dynamiques. Deux comédiens (lyonnais) sont déjà entrés dans la danse mais il manque encore des têtes d'affiche et surtout des figurants, plein de figurants. "J'ai lancé l'appel hier et j'ai eu une centaine de demandes dans la nuit... C'est incroyable! Je pense qu'il reste six ou sept rôles plus ou moins importants à pourvoir mais la figuration est aussi essentielle, nous avons besoin de tout le monde, de tous les âges, de toutes les morphologies et en plus, j'ai un petit train à remplir!" avoue Quentin Uriel avec un large sourire aux lèvres. Du coup, d'autres partenaires sont également recherchés activement. Pour restaurer la belle troupe, pour loger quelques membres de l'aventure qui ne sont pas Nîmois, bref, pour faire vivre un projet qui a déjà passé le cap du simple projet.

Soutenue par l'Office de Tourisme, Culturespaces, le Crédit agricole, une association de spécialistes du Latin, des troupes qui participent habituellement aux Grands Jeux, la web-série a de la gueule et vaut le détour. Le tournage démarrera en octobre, durera quinze jours et devrait réunir facilement une quarantaine de personnes au quotidien. Nîmes y sera sublimée... Arènes, Gambrinus, Maison Carrée, ruelles étroites et potentiellement antiques (ou pas)... Tout bout de Nîmes aux aspects ancestraux et modernes seront utilisés. Des prises de vues aériennes seront bien évidemment aussi de la partie, "On verra bien qu'on est à Nîmes!" assure le producteur. Pas de Cinecitta, donc, mais peut-être pour la saison 2! Car oui, si le projet fonctionne, les deux prochaines saisons sont déjà écrites.

Pour assurer la qualité du concept, le matériel utilisé sera exceptionnel. "Nous tournerons avec une caméra qui s'appelle Alexa mini, il y en a peu dans le sud et c'est actuellement une des meilleures caméras du monde!" conclut Quentin Uriel. Pour la musique, c'est Grégory Para qui s'y collera et peut-être que le groupe de rap nîmois VSO, qui a récemment signé chez Polydor (Universal), ira de son soutien salvateur.

Intéressé? Evidemment mais dépêchez-vous car la fin du casting est déjà prévue pour la fin du mois d'août...

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 33 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité