POLITIQUE La passion cachée de… Laurent Burgoa

Laurent Burgoa, adjoint au maire de Nîmes et président Le Bon Sens Républicains au Département.

Laurent Burgoa.

Cet été pour Objectif Gard, la politique se raconte sous un angle inédit. Nous vous dévoilons les passions cachées des politiques. L'occasion de découvrir ces personnalités du territoire sous un oeil nouveau. Aujourd'hui Laurent Burgoa, conseiller départemental et adjoint au maire de Nîmes, évoque sa passion pour la chasse.

Il est loin de l'image populaire du chasseur du Bouchonnois qui traque la galinette cendrée. Laurent Burgoa est incontestablement un bon chasseur, peut-être pas en termes de trophées quoi que... (on y reviendra), mais parce qu'il fait de la sécurité "une priorité". Sa passion a commencé à 16 ans auprès de son grand-père maternel, un viticulteur de Nages-et-Solorgues : "C'est lui qui m'a appris à aimer la chasse". C'est à cet âge qu'il obtient son permis de chasse, une formalité à l'époque : 20 questions théoriques mais aucun examen pratique. Les temps ont changé, certainement en mieux.

Laurent Burgoa dans sa tenue de chasseur. DR

Laurent Burgoa dans sa tenue de chasseur. DR

Le Lucky Luke de Caissargues !

A Caissargues, le dimanche, on peut donc croiser le chasseur Burgoa, muni de sa casquette et de son gilet orange fluo. Là-bas, il est à l'affut du petit gibier : lapin, perdreau, lièvre... C'est lors de l'une de ces parties de chasse qu'il a réalisé un exploit qui occasionnerait probablement de longues discussions dans le Bouchonnois : "Un jour, avec une cartouche, j'ai tué deux perdreaux !", indique modestement le Lucky Luke de Caissargues. Pagnol appelait ça le "coup du roi", savoureux pour un Républicain...

S'il se rend à la chasse, ce n'est pas pour la performance mais pour le bien-être que ça lui procure : "Ça me sort du quotidien, ça me permet de m'oxygéner. La chasse, c'est la convivialité. Et puis, ça permet de rencontrer toutes sortes de personnes, c'est un panel de la société française", explique-t-il.

"Les chasseurs sont aussi des écolos !"

Quand il parle de sa passion, l'homme politique n'est jamais très loin et répond aux diverses polémiques liées au monde de la chasse : "Les chasseurs sont aussi des écolos. Ils débroussaillent, créent des points d'eau pour faire boire les animaux. Certains sèment du blé ou de l'orge pour alimenter les animaux. Un bon chasseur, c'est un régulateur. On est pas là pour exterminer". Autant de valeurs que Laurent Burgoa cherche à transmettre à son fils de 14 ans qui l'accompagne régulièrement dans sa passion. "Dans un an, il aura 15 ans et pourra faire la chasse accompagnée". Et si le fiston continue de marcher dans les pas de son père, il se lancera peut-être un jour dans la politique accompagnée...

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

Partager