TOROS A Bellegarde, le trophée Castella veut créer la surprise

Un exemplaire de La Paluna qui sera combattu à Bellegarde (Photo Ganaderia La Paluna)

Un exemplaire de La Paluna qui sera combattu à Bellegarde (Photo Ganaderia La Paluna).

La novillada sans picador du 1er trophée Sébastien Castella aura lieu le dimanche 27 août à 17h30 dans les arènes de Bellegarde. Des novillos de La Paluna pour Dylan Raimbaud, Alejandro Adame et Dorian Canton.

Attention, attention! Amis des toros, en ce 27 août, une seule course est organisée dans la région et des aficionados du sud-ouest viennent la voir en amis. A Bellegarde se joueura le premier trophée Sébastien Castella. Une novillada sans picador au cartel attractif et frais. Un moment à ne pas rater avant les grandes ferias de fin de saison.

Du côté des toros, l'organisation mise sur la ganaderia de Vincent Fare, La Paluna, installée à Saint-Gilles sur les bords du Rhône. Même là-bas, l'été a été compliqué... "La canicule est enfin passée mais vendredi dernier au soleil, au milieu des toros et à 14h, notre thermomètre affichait 61°C! On a dû mettre les canons à eau pour rafraîchir les bêtes" note un Vincent Fare rassuré par les températures en baisse.

Un exemplaire de La Paluna qui sera combattu à Bellegarde (Photo Ganaderia La Paluna).

Un exemplaire de La Paluna qui sera combattu à Bellegarde (Photo Ganaderia La Paluna).

Pour ce jeune élevage gardois, le poids d'une telle responsabilité pèse lourd mais si on veut avancer dans ce métier, il faut passer par là. "J'espère que les novillos vont faire triompher les toreros, dans le son de ce qu'ils ont pu fournir en 2013, 2014 et 2015. Nous sommes un peu déçus par la temporada 2016 donc j'attends beaucoup de cette course" poursuit Vincent Fare.

Pour conjurer le sort, le ganadero a dû faire des choix. Pour les connaisseurs, une telle sélection est un peu un crève-coeur mais, encore une fois, pour avancer... "Je voulais mettre plus de Marquis de Domecq que de Cebada Gago. Avec le temps, on se rend compte que le sang de Cebada est difficile à gérer, qu'il est un peu plus manso malgré une transmission plus importante si on sait le toréer. Ça demande une certaine connaissance de la part des toreros".

Un exemplaire de La Paluna qui sera combattu à Bellegarde (Photo Ganaderia La Paluna).

Un exemplaire de La Paluna qui sera combattu à Bellegarde (Photo Ganaderia La Paluna).

Pirata, novillo gracié par Andy Younes en 2014 à Saint-Gilles ainsi qu'une autre pupille du fer blanc et bleu (couleurs de l'OM) indultée par Juan Leal en privé font de La Paluna une ganaderia d'avenir. D'ailleurs, Sébastien Castella en personne est venu tester le bétail pour s'en faire une idée. Si Vincent et Sébastien se connaissent depuis l'époque de leurs premières capeas devant des taureaux Camargue, le maestro a souhaité se frotter au bétail qu'affronteront les trois jeunes. "Sébastien Castella est venu à La Paluna il y a trois semaines. Pour la première fois il a tienté trois de nos vaches dont une exceptionnelle Marquis de Domecq. Il prête son nom au trophée mais il est honoré de cela. Il a trouvé que les vaches étaient jolies, présentaient des qualités et étaient intéressantes. Il a pu faire de belles faenas, du coup, ça me met une pression supplémentaire mais bon, mon travail est fini, on verra bien!" espère le ganadero.

Pour les piétons, l'avis de l'éleveur est plus que positif et ses attentes sont aussi importantes que celles qu'il a pour ses toros. "Dylan Raimbaud revient en puissance après sa blessure, Alejandro Adame est partout et triomphe dans toutes les arènes, il respire le toreo et ira loin, c'est un honneur pour nous de le voir toréer nos novillos. Enfin, c'est un plaisir de voir Dorian Canton, élève de Richard Milian. Nous avons de bons rapport avec Adour Aficion et c'est une excellente chose de le voir au cartel".

Un exemplaire de La Paluna qui sera combattu à Bellegarde (Photo Ganaderia La Paluna).

Un exemplaire de La Paluna qui sera combattu à Bellegarde (Photo Ganaderia La Paluna).

Comme les premiers pas de la ganaderia sont à l'image des espérances, ganadero et empresas se prennent au jeu et avancent main dans la main. Le sud-est étant moins bien fourni en novilladas sans picador que le sud-ouest, Vincent Fare est prêt à passer en novillada formelle. "L'an prochain, nous ferons peut-être nos débuts en novillada piquée. Pas en course complète et pas forcément dans une grande arène car je veux y aller petit à petit et ne pas griller les étapes mais j'aimerais commencer avec un exemplaire en novillada piquée concours. Si Saint-Gilles me le propose, ça me ferait extrêmement plaisir, en tout cas, je veux que les gens soient contents!" avoue Vincent Fare.

Pour en finir une bonne fois pour toutes, à l'annonce de la création du trophée Sébastien Castella, une partie de l'aficion a cru que le trophée de l'illustre Nimeño II, qui avait toujours été organisé à Bellegarde, disparaissait. C'est faux, il a juste migré vers Nîmes, "En plus, c'est logique..." commente Vincent Fare. Et le ganadero de reprendre, "Il n'y a besoin de polémique! L'association qui organisait le trophée ne pouvait pas choisir le cartel donc elle a préféré arrêter de travailler de la sorte. Si on continuait comme ça, il n'y aurait bientôt plus eu de toros à Bellegarde!".

Chez les Fare, on ne saurait être ingrats. Alors l'éleveur a souhaité remercier et mettre un peu en lumières les petites mains que personne ne voit : l'équipe de bénévoles qui vient lui filer la main, échanger et vivre des moments humains importants, "Ils sont là tout le temps et sans eux, on ne peut rien faire!".

Le dimanche 27 août à 17h30, 1er trophée Sébastien Castella. La course sera organisée par l'association Bellegarde Passions et Traditions. Réservation au 04.66.01.12.15 ou sur bellegardepassionstraditions@hotmail.com ou directement chez le ganadero au Mas d'Auzières à St Gilles. Pour les mélomanes, rendez-vous le 27 août, de 12h à 13h, Place Allovon à Bellegarde, un concert gratuit de l'orchestre Chicuelo II. Restauration sur place.

Sébastien Castella (Photo Anthony Maurin).

Sébastien Castella (Photo Anthony Maurin).

Partager