BAGNOLS Alcoolisé au volant, il prend la fuite à pied et sème les policiers

Dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Entre deux missions d'intérim en tant que cariste, Ossama quitte la Moselle pour revenir sur sa terre natale de Bagnols-sur-Cèze. Un territoire que ce jeune homme de 21 ans a eu la sagesse de quitter après des déboires avec la justice qui lui ont valu quatre mentions sur son casier judiciaire. En août, malgré son passé tumultueux, il décide de passer quelques semaines à Bagnols. Mais ses vieux démons le reprennent.

Le 31 août dernier, Ossama se met à boire "deux-trois verres de vodka" dans la soirée. Après une courte réflexion, il ajoute :"Et deux-trois autres de plus dans l'après-midi". Ce soir-là, vers 0h30, les policiers qui vadrouillent dans la cité des Escanaux constatent son alcoolisation : le jeune homme, torse nu, parle fort devant une épicerie. Mais surtout, un peu plus tard, il est aperçu au volant d'une voiture. Les forces de l'ordre décident de l'interpeller. Les difficultés commencent pour les policiers. Comprenant que son arrestation est imminente, Ossama se met à hurler "Venez me chercher" au milieu du quartier. Et ça marche ! Plusieurs jeunes rappliquent et gênent l'intervention. Profitant de la confusion, Ossama se fait la belle à pied. À l'intérieur de la voiture, les policiers retrouvent 26g de cannabis et 135€.

-           C'est ma consommation personnelle, assure Ossama qui a fini par se rendre au commissariat de Bagnols sur les conseils de son frère. Et l'argent, je travaille pour le gagner.

Quant à l'arrivée soudaine des jeunes du quartier, il n'y serait pour rien :

-           On est dans un quartier, les gens sont curieux.

Le président du tribunal, Jean-Pierre Bandiera, sourit en entendant cette drôle d'explication. Pour le ministère public, beaucoup moins amusé, Stéphanie Mollard demande 8 mois de prison avec sursis. Ossama écope finalement de 4 mois de prison avec sursis.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

 

 

Partager