Actualités

VAUVERT Balade musicale et littéraire en pays huguenot

balade-huguenote
Face à un public attentif mais restreint, Cathy Guyot a défini Michel Falguières comme "un homme de culture et de terroir". L'auteur a inventé cinq personnages issus d'une famille huguenote pour la traversée des siècles de combat protestant.

Une balade littéraire au fil de deux siècles, le temps que la religion protestante soit admise en terre gardoise comme ailleurs. Voilà ce qu'ont proposé Michel Falguières, auteur prolifique de culture et terroir et la violoncelliste Céline Dussaud, ce dimanche de Journées Européennes du Patrimoine. Promenade épistolaire entre personnages locaux fictifs et faits réels. L'initiative, réservée ce dimanche à un public choisi mériterait une redite.

Un public restreint mais ravi à Vauvert, ce dimanche soir. Entre les notes de violoncelle et les références historiques des lettres fictives, la balade littéraire proposée par Michel Falguières est une réussite. La balade commence et finit salle Jean-Jaurès, au son des violoncelles de Céline et Bénédicte Dussaud. Pour célébrer les 500 ans de la Réforme, l’auteur « de culture et de terroir » a créé une famille locale de huguenots, que l’on suit grâce à cinq personnages. Toujours au cœur de l’action, les cinq rédacteurs des lettres ont  tout compris de leur temps, entre foi personnelle, vécu local et grande histoire.

Samuel écrit le 9 septembre 1598. Ce moine, entre l’Abbaye de Psalmodi et Nîmes, chante des psaumes. Il croise Claude Baduel avant son départ pour Genève. Au temple, c’est Abel, régent d’école et natif du Cailar, qui rédige en mars 1660 pour critiquer Louis XIII, malgré une trève signée à Alès. Abraham, contemporain de Louis XIV, voit défiler des prisonniers en partance pour les galères et déplore que son pasteur local ait lui aussi, pris la direction de Genève. Sa missive est postérieure de quatre ans à la mort du « Roi dit Soleil ». Jeanne, en 1750, croise une Vauverdoise, capturée lors d'offices clandestins, qui comme Marie Durand, est enfermée à la Tour de Constance. Un texte lu en chaire au temple de l'Oratoire. Victorin, en septembre 1789, secrétaire de député, salue enfin l’inscription dans la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de la liberté de religion. Un itinéraire court en centre-ville, joli voyage dans le temps, fort apprécié.

Florence Genestier

florence.genestier@objectifgard.com

l1134787
Céline Dussaud, enseignante de violoncelle à l'école de musique de Petite Camargue était accompagnée de sa fille pour ponctuer musicalement la promenade littéraire.

 

temple-de-loratoire-balade-litteraire-huguenote

Etiquette

Florence Genestier

Arrivée à Objectif Gard depuis juillet 2017, ma première carte de presse date de 1991 (si, si !). Née en Bourgogne, des études lyonnaises, quinze ans de PHR dans une région de montagnes, puis un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :) de l'Espiguette jusqu'à Vauvert et au-delà. C'est sportif mais passionnant !

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité