Actualités

NÎMES La directrice du conservatoire de Nîmes suspendue par la ville

 

Photo d'illustration mairie de Nîmes. Photo : Objectif Gard /
Photo d'illustration mairie de Nîmes. Photo : Objectif Gard /

Ce mardi 3 octobre, Anne Sornay, directrice du conservatoire de Nîmes, sera suspendue temporairement de ses fonctions selon une information de la mairie de Nîmes.

"Une décision qui intervient suite à la détérioration du climat social au sein du conservatoire" comme le rapporte le communiqué de la ville. "En effet les relations conflictuelles entre la directrice et les enseignants (pratiques managériales contestées) et les parents, la mobilisation des organisations syndicales dénonçant l’autoritarisme de la Directrice et les dysfonctionnements du service ont conduit la Ville à prendre cette décision avec effet immédiat".

"De même les relations conflictuelles avec l’association de parents d’élèves, notamment sur les conditions d’admission des enfants ou par exemple l’organisation inadaptée du jury d’entrée des jeunes élèves au conservatoire, ont également porté atteinte à l’image du conservatoire" rajoute la ville de Nîmes.

La situation actuelle du Conservatoire nécessitant la réalisation d’une enquête administrative interne, la directrice n’exercera pas ses missions durant cette période.

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

9 réactions sur “NÎMES La directrice du conservatoire de Nîmes suspendue par la ville”

    1. L’un d’entre les parents, ainsi que l’un des professeurs pourraient-ils exposer leur vision de ce qui s’est produit là-bas? Ce n’est pas clair du tout. Merci

  1. Je ne peux pas le croire. Ces accusations arrivent des professeurs que veulent retourner à faire du conservatoire sa maison et donner des cours privés payants dans les salles.Dirigér ce n’est pas autoritarisme, c’est simplement faire respecter les règles,mais justement pas tout le monde est content quand quelqu’un les applique.

    1. Un conservatoire est un domaine artistique et non une troupe militaire à mener !! Si tous ces gens se sont mobilisés et que la Ville fait son devoir, c qu il n y a pas photos, le reste, on verra !!!

  2. Personnellement, je devais travailler avec le conservatoire de Nîmes, mais à cause de conditions de travail irrespectueuses proposées par Anne Sornay, j’ai dû annuler ma participation. Je publie ci-dessous le texte envoyé au conservatoire et aux enseignants :

    Tout n’est pas rose, j’ai du annuler ma participation à un super projet, en voici la lettre adressée aux collègues :

    Chers collègues et amis musiciens,

    Je souhaite par le présent courrier vous expliquer les raisons principales pour lesquelles je ne vais malheureusement pas participer au projet des 3 suites de J.S. Bach pour orchestre, avec le conservatoire de musique de Nîmes. Ce fut une décision difficile à prendre car ce projet me tenait à cœur, d’une part, pour le superbe programme musical choisi, et d’autre part, pour le plaisir que j’ai pu éprouver à jouer avec vous, lors de la première répétition.

    Mais voilà, une fois de plus, je me sens être victime de conditions de travail précaires : Nous avons officiellement commencé à travailler le 5 juillet 2017. Légalement nous aurions dû régler et signer ces conditions de travail, avant cette date. Or les demandes de précisions simples que j’adresse au conservatoire depuis le mois de juin 2017, sur les conditions de travail, sont restées sans réponse jusqu’au 26 septembre 2017.

    Mes principales questions (simples) étaient les suivantes : la somme du salaire annoncée est-elle brute ou nette ? Quelle est la période d’embauche du contrat ? Puis-je consulter mon contrat de travail et pouvons-nous le signer ?

    Réponse donnée le 26/09 : 628 € est le salaire brut. Il n’y a pas de contrat de travail mais un arrêté municipal qui ne couvrira que les dates des 20 et 21 octobre.

    Pourtant, il y a 9 jours prévus de travaillés : 2 concerts les 20 et 21 octobre, plus 8 répétitions réparties sur 7 jours, et dont 2 isolées, sachant que j’habite à Toulouse (6h de trajet). 628€ brut (donc environ 350 € net) est donc un salaire bien trop bas par rapport au travail effectué.

    Je n’aborde que ces points, les plus importants, pour aller à l’essentiel.

    J’estime inacceptable d’être ainsi considéré par un Conservatoire de musique, lieu étatique de formation des musiciens.

    Je vous souhaite chers collègues et amis musiciens, une bonne session de travail et de concerts, et la vie ne s’arrêtant pas là, j’espère bien recroiser certains d’entre vous, instruments à la main.

    Ps : l’un-e d’entre vous pourrait-il-elle transférer ce message à la personne qui a accepté de me remplacer ?

    Bien à vous ,

    Cordialement,

    Roland Kern

    1. Ce commentaire est affligeant de bêtise, et vient manifestement de quelqu’un de pas très courageux, qui tire sur les ambulances.

      En premier lieu, si un Conservatoire propose un « super projet » (sic), alors son directeur n’y est certainement pas étranger !

      En revanche, un directeur ne paye pas sur ses deniers propres, M. Roland Kern. Il ne fait pas ce qu’il veut de l’argent public. Que vous parliez de « lieu étatique », s’agissant d’un Conservatoire, révèle votre parfaite méconnaissance des structures publiques…

      Par ailleurs, j’ai eu l’occasion de « cachetonner » avec l’orchestre des profs à plusieurs reprises il y a quelques années, il semblerait que le niveau des rémunérations ait carrément bondi : 628 euros, nous en étions loin !

      Quant à traduire 628 euros brut en 350 net, là on frôle carrément le délire ! C’est plutôt autour de 500 euros net. A mon avis, vous ne devez pas cachetonner souvent et, si des employeurs potentiels vous lisent, ils y réfléchiront à 2 fois, avant de vous contacter…

  3. Bravo à la mairie de NIMES, pour cette mise à l’écart en vue de protéger les personnels et élèves persécutés.
    Nous nous doutons que la direction a su diviser, pour mieux régner, mais malgré le soutien de ses protégés, il restera, quel que soit l’aboutissement de l’enquête, que les faits sont là, la mairie est loin d’être stupide au point d’agir sans preuves.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close