A la unePolitique

FAIT DU JOUR À Roquemaure, malaise entre majorité et opposition municipales

Le maire (LR) de Roquemaure André Heughe (au centre), et les deux têtes de liste de l'opposition Nathalie Nury (PS) et Luc Rousselot (FI) (Photos : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le maire (LR) de Roquemaure André Heughe (au centre), et les deux têtes de liste de l'opposition Nathalie Nury (PS) et Luc Rousselot (FI) (Photos : Thierry Allard / Objectif Gard)

Chose rare, lors du conseil municipal de Roquemaure, le jeudi 21 septembre dernier, les 24 délibérations ont toutes été votées à l’unanimité. Il faut dire que la séance s’est tenue sans l’opposition qui avait choisi de la boycotter.

Les sept membres de l’opposition municipale, cinq de la liste de la socialiste Nathalie Nury et deux de la liste de l’Insoumis Luc Rousselot, entendaient ainsi marquer le coup et dénoncer les méthodes de la majorité Les Républicains.

Déni de démocratie contre « mouvement d’humeur »

« La majorité municipale fait fi de la démocratie », dénonce sans détours Nathalie Nury sur sa page Facebook. Qu’est ce qui provoque le courroux de l’opposition ? « Ils ont prévu une commission finances à 17 heures alors que le conseil municipal était le même jour à 18h30, explique Luc Rousselot. On leur a demandé de déplacer la commission ou de porter les délibérations sur les finances, et ils nous ont dit que ce n’était pas possible, donc on a boycotté le conseil municipal. »

En effet, Nathalie Nury souligne le fait que les représentants de l’opposition dans la commission n’auraient pas le temps de débattre avec leurs colistiers de leur vote lors d’un conseil municipal trop rapproché. Et ce d’autant que dans le tas, on trouvait une décision modificative du budget communal : « les deux représentants ils font comment pour discuter avec leurs colistiers ? Comment font ils pour voter pour ? Contre ? Abstention ? : non, Monsieur le Maire, ce n'est pas ça la démocratie ! »

Quant à lui, le maire, André Heughe, ne voit pas où est le problème : « les horaires des commissions, c’est nous qui les décidons, pas eux, tranche l’édile. Et on les a prévenu cinq jours avant. Ils se sont arrangés pour nous embêter un peu. » Pour le maire, c’est « circulez, y’a rien à voir » : « il s’agit d’un mouvement d’humeur injustifié. »

« On gère bien, et si ça ne leur plaît pas, c’est pareil »

Seulement voilà, pour l’opposition, cette histoire de commission serait la goutte d’eau qui a fait déborder le vase : « les dates des conseils, ils nous les donnent le plus tard possible, souvent le correspondant de presse les connaît avant nous », dénonce Luc Rousselot. Là aussi, le maire ne voit pas où le bât blesse : « les dates, ils les ont en même temps que tout le monde. On ne les choisit pas pour les embêter. Et d’ailleurs, ils sont toujours là ! » Sauf en cas de boycott, donc...

Autre commission, autre problème soulevé par Luc Rousselot : « je suis membre de la commission urbanisme et, depuis 2014, elle ne s’est réunie que deux fois et c’était pour parler de pas grand chose. » Par exemple, le projet de pôle culturel de la commune, en a-t-on débattu en commission ? « Non, non », assure l’opposant. « Bon, la commission devait se réunir, mais on va donner à l’opposition les informations qu’ils veulent savoir », affirme André Heughe. Le projet, qui doit voir le jour dans l’ancien cinéma, « est pour l’instant dans les mains de l’architecte, en tout ça va durer quatre ou cinq ans, poursuit l’édile. Il ne s’est rien fait ou presque pendant dix ans, mais maintenant que ça bouge, ils râlent. » La question du budget de fonctionnement du futur équipement serait-elle aussi restée sans réponse ? « Ils disent qu’on n’a pas l’argent, mais la crèche, la gendarmerie, le pôle culturel, tout se fera », (r)assure le maire.

Un maire qui enfonce le clou envers l’opposition : « on ne dépense pas l’argent n’importe comment, on gère bien, et si ça ne leur plaît pas, c’est pareil. » Luc Rousselot estime pour sa part que ce type de fonctionnement n’est « pas sain. » « L’opposition c’est une chose, mais quand on est têtus, ce n’est plus de l’opposition », estime pour sa part André Heughe, avant de lancer que « quand on ne commande pas, c’est facile de critiquer. » Entre la majorité et l’opposition, le dialogue de sourds semble parti pour durer.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

30 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “FAIT DU JOUR À Roquemaure, malaise entre majorité et opposition municipales”

  1. Ce qu’il faut remarquer et que nous dénonçons, mon colistier Michel Berardo, et moi c’est une volonté de l’exécutif majoritaire de faire les choses sans en dire le moins possible. A croire qu’ils sont si sûr d’eux et de leurs décisions qu’ils ne veulent pas nous les exposer et expliquer. Sur le pôle culturel, outre le fait qu’il y en a déjà un qui vient d’être inauguré à 5km et dans le Grand Avignon (où ils ont décidé d’entrer),nous avons demandé s’ils avaient fait une étude du budget de fonctionnement, et s’ils ne voyaient pas une contradiction à fermer la piscine sous pretexte que la commune n’avait pas les moyens d’en assumer le fonctionnement et en parallèle d’avoir un tel projet dont le coût de fonctionnement serait bien supérieur. La réponse qui nous a été faite est : « chaque chose en son temps.
    En attendant, les camions poubelles de la nouvelle agglo ne vont plus sur certains chemins tellement l’état est dégradé. Certains Roquemaurois sont obligés d’amener leurs ordures ménagères à plusieurs centaines de mètres de leur habitation.
    Ils sont entrés dans le Grand Avignon sans réfléchir aux conséquences qu’il pourrait y avoir.
    Un exemple flagrant est la crèche.
    La construction de la crèche a été décidé par l’ancienne communauté de communes. Elle est très belle et sera économe en énergie.
    Pour la petite histoire, il a fallut toute la persuasion d’un élu de Saint Laurent des arbres pour leur faire comprendre que le léger surcoût serait largement compensé par les économies de fonctionnement à venir. Sans lui, ils auraient opter pour une banale construction digne des années 2000.
    la compétence de la petite enfance n’est pas gérée par le Grand Avignon. Elle l’est par le Gard Rhodanien.
    Total, la commune de Roquemaure doit assumer toute seule une énorme partie de l’investissement et le fonctionnement de la crèche.
    A côté de cela, il y avait un pôle d’assistantes maternelles agrées géré par la communauté de communes. Elles ont été licenciées sans ménagement. Pas une, même diplômée, n’a été reprise dans la crèche.
    Les parents avaient la sécurité d’avoir une solution en cas de d’assistante maternelle malade et y trouvaient aussi une aide financière. Terminé.
    Et monsieur le maire trouve seulement à dire que notre problème, c’est d’être têtus? Il trouve qu’il gère bien et dans l’intérêt commun la commune?
    Je me souviens avoir lu dans un journal pour des voeux de nouvel an, que ce qu’il souhaitait de pire à son pire ennemi, c’était d’être maire de Roquemaure.
    Nous sommes toujours disponibles pour endosser les responsabilités, « commander » autrement et prêter flanc aux critiques de monsieur Heughe dans l’opposition.
    Rendez-vous en 2020
    Luc Rousselot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité