NÎMES MÉTROPOLE Les regrets des Républicains sur la ligne 2 du TCSP

Photo : Coralie Mollaret)

Face à 70 militants, les Jeudis des Républicains se sont arrêtés la semaine dernière sur la future ligne T2 (est-ouest). (Photo : Coralie Mollaret)

Des divergences semblent subsister entre l'exécutif UDI et le groupe Les Républicains sur le tracé de la ligne 2. Mauvaise foi ou critique constructive ?

C'est nouveau ! Une fois par mois, la fédération Les Républicains organise une présentation des politiques conduites à Nîmes. La semaine dernière, le tracé de la ligne 2 (est-ouest) a essuyé les plâtres de cette initiative. Fin 2019, le nouveau tram'bus reliera le CHU à la gare de Nîmes, puis, en 2021, la gare à Paloma.

Divergences sur le tracé ?

À cette occasion, l'élue aux transports de Nîmes, Claude de Girardi, a déploré que ce tracé soit « uniquement nîmois. les communes de la Vaunage auraient souhaité avoir un prolongement (…) Il aurait peut-être été plus urgent de faire un T2 bien dimensionné que l’extension sud du T1 », prévue pour 2019. 

Face à cette pique, Nîmes Métropole se rappelle au bon souvenir des Républicains, aux affaires lors du lancement de T1, en 2012 : « certains ont reconnu que T1 n’était pas la priorité et qu'il aurait d'abord fallu faire l'axe est-ouest ! » L'arroseur arrosé ?

Quant au prolongement de T1 : « c’est une demande des commerçants de l’écusson qui constatent que T1 fait sortir les habitants du centre-ville vers les zones commerciales ! En prolongement la ligne à Caissargues, on donne aux habitants la possibilité de venir consommer dans le centre-ville. » Espérons qu'entre-temps, ils ne préféreront pas s’arrêter à Cap Costières…

Les dissensions qui sévissent entre l’Agglo et Nîmes ne sont toutefois pas insurmontables… En février dernier, Les Républicains ont approuvé le tracé de la ligne 2

Et Saint-Césaire alors ?

Le premier adjoint nîmois Franck Proust a lui-aussi quelques regrets... Notamment celui que la ligne 2 ne desserve pas la zone industrielle de Saint-Césaire. « Il y a ici 3 000 emplois, plus l’armée. Si les entreprises paient une fiscalité pour financer les transports de l’Agglo*, c’est pour faire en sorte que leurs salariés aient le service qui va avec ! », lance l'élu LR, en mal « de justifications techniques » de la part Nîmes Métropole. 

Là aussi, selon nos sources : « les salariés de la zone industrielle se garent sur les parkings. Il n’y a pas de problème de stationnement ! » Alors, « si on les dépose par exemple devant La Poste, celui qui travaille de l’autre côté de la ZI va devoir marcher pendant un quart d’heure ? Si on devait desservir chacune des entreprises, ça coûterait trop cher ! » Un kilomètre en site propre, avec une fréquence de 10 minutes, coûte 1 M€... Mais les petites querelles, elles n’ont pas de prix !

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

*

*La politique des transports de Nîmes Métropoles est en partie financée par la taxe Versement Transport, payée par les entreprises. Cela représente environ 30 M par an.

Partager