Politique

GARD Socialistes et communistes : réconciliation en vue ?

Jean Denat et Vincent Bouget. (Photo : Objectif Gard)
Le premier fédéral du PS Jean Denat et le secrétaire départemental du PCF, Vincent Bouget. (Photo : Objectif Gard)

L'élection d'Emmanuel Macron est peut-être un mal pour un bien...à Gauche ! Le Parti communiste français a accepté de participer à la Fête de la Rose de la fédération du Parti socialiste, le 21 octobre prochain.

Pour une nouvelle, c'est une nouvelle ! Cela fait bien longtemps que socialistes et communistes ne s'étaient pas mis autour de la table...en public ! Les divergences sur la politique de François Hollande avaient eu raison d'un tas d'unions locales.

Souvenez-vous aux départementales, les communistes avaient tout bonnement refusé de conclure un accord global sur les 23 cantons. À l'époque, le président (PS) du Département, Jean Denat, avait pris ses responsabilités en refusant de présenter des candidats sur les cantons des élus PCF sortants. Ce geste aura permis à la gauche de conserver de justesse la majorité au sein de la collectivité.

Seulement depuis 2015, de l'eau a coulé sous les ponts... Le paysage politique a évolué. Et en parlant de Vincent Bouget, le secrétaire départemental du PCF sera invité à la Fête de la Rose du PS, organisée le 21 octobre dans la halle des sports de La Calmette où il prendra place au côté de Jean Denat, aujourd'hui premier fédéral du PS, pour organiser un atelier sur l'unité de la Gauche. Pour une surprise... 

S'unir pour survivre 

Alors certes, ces deux hommes sont de Gauche, mais ils n'en portent pas la même vision. Maire de Vauvert, Jean Denat est partisan d'un socialisme réformiste. Il a d'ailleurs soutenu la politique de François Hollande et de son premier ministre Manuel Valls, dont il était proche avant que celui (comme beaucoup d'autres) ne bascule vers En Marche!.

Cette Gauche autoproclamée du « réel » s'est toujours heurtée à la Gauche révolutionnaire, défendue par Vincent Bouget. Toutefois, il semblerait que l'élection d'Emmanuel Macron et la tentative de Jean-Luc Mélenchon d'éliminer le PCF aient rapproché socialistes et communistes. Les deux partis jouant désormais leur survie politique, on ne doute pas que chacun de son côté estime que le jeu en vaut la chandelle et que, ne serait-ce que pour ça, il est temps d'enterrer la hache de guerre. Définitivement ?

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Fête de la rose : le programme complet

22343747_1480273572058418_979599977_o-1

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

12 réactions sur “GARD Socialistes et communistes : réconciliation en vue ?”

  1. C’est « sympa » pour les autres partis de gauche. Peur d’inviter ou peur du refus ?
    Pauvre PS qui cherche à faire du nombre. mdr
    Il devrait demander au PRG quelque cabines téléphoniques désaffectées !

  2. Les « cocus » de Hollande et Valls se trouvent fort dépourvus une fois que Macron est élu… Les communistes pourtant révolutionnaires ont toujours prôné le rassemblement face à l’ultra libéralisme. Les socialistes semblent comprendre (enfin) l’utilité de la démarche. Reste aux autres forces de gauche à faire de même !

  3. Le rassemblement avec un Vallsiste contre l’ultra libéralisme, c’est de l’humour?
    Qu’ils continuent leur tambouille comme ils se plaisent à le faire depuis trop longtemps mais qu’on arrête de qualifier ce gruau de politique de gauche. C’est comme cela que le PCF a torpillé le Front de Gauche, vous savez ce drapeau que trimballe V. Bouget dans toutes les manif’ alors qu’il sait pertinemment que ce cartel de partis n’existe plus…
    Les valeurs humanistes, progressistes, écologistes et sociales sont désormais portées par la France Insoumise, sans compromis douteux.

    1. Sans compromis douteux mais aussi sans pouvoir, la belle affaire pour les petites gens qui eux n’ont pas les moyens de survivre.

    2. Au moins, Bouget est de toutes les manifs depuis longtemps, lui..
      Et puis, débat ne veut pas dire rassemblement ou accord, sauf dans votre novlangue insoumise qui fait peur et dont le message de A.V. est rempli : tout ça pour bien se comprendre entre Insoumis, c’est ça ? au Front de gauche, les gens parlaient normalement, c’était déjà ça

  4. Avoir le pouvoir pour mener une politique de droite, LREM sait très bien le faire et au moins la couleur est affichée… arretez de prendre les électeurs pour des benêts. (Ce qui manquait dans ma citation initiale c’était  » Le rassemblement – A GAUCHE – « ).

    Être de toutes les manifs est une chose, y entretenir la confusion avec un drapeau qui n’existe plus en est une autre. La novlangue insoumise c’est peut être d’arrêter de prendre les gens pour des imbéciles.

    1. Visiblement, le drapeau existe encore, puisqu’on le voit en manif.
      Bof, en déformant le sens des mots et en utilisant des termes qui ne veulent rien dire, comme c’est fait avec le rapport « débat »/ »rassemblement »/ »union » ou les mots « tambouille »/ »carabistouille »/ »chicayas » ou la tendance à parler de « groupuscules » pour tout ce qui n’est pas la FI ? Drôle de façon « d’arrêter de prendre les gens pour des imbéciles.
      Enfin bref, parlez-en directement avec Bouget si ça vous paraît si important, il vous répondra sans doute mieux que moi.

  5. Je ne faisais que répondre à Erdna qui écrivait « Les communistes pourtant révolutionnaires ont toujours prôné le rassemblement face à l’ultra libéralisme. « , ce qui est assez ironique dans un « débat » sur l’unité de la gauche avec un PS Vallsiste et donc libéral ! Le libéralisme est peut être de gauche dans certains esprits…? Qui cherche la confusion ?
    Je ne pense pas chercher à embrouiller dans mes commentaires, mais peut être que vous réagissez de la sorte lorsqu’on appuie là où ça fait mal… qu’importe. Assumez vos positions.

  6. Dire que les communistes (PCF) sont révolutionnaires s’est oublier entre autre leur participation au gouvernement avec Jospin en 1997, beaucoup de recul et peu d’avancer hormis les 35 heures…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close