Société

ALÈS Les enfants du voyage, de vrais Petits débrouillards !

L'atelier des Petits Débrouillards consistait à fabriquer un baby-foot. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
L'atelier des Petits Débrouillards consistait à fabriquer un baby-foot. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Depuis début septembre, l’association des Petits débrouillards - qui propose des ateliers ludiques de découverte et d’expérimentation des sciences - intervient auprès des gens du voyage, à Alès.

Une vieille table à repasser, quelques matériaux de récup’, deux ou trois outils et des petites mains : c’est tout ce qu’il faut à Cyril, animateur des Petits Débrouillards, pour mettre sur pied un baby-foot. Les yeux écarquillés, les enfants ne se font pas prier pour participer à l’atelier. Et chaque mercredi matin, ils remettent ça avec joie. « Nous passons beaucoup de temps à construire des choses avec eux. A la fin, ils sont supers fiers », souligne Fabien Rey, coordinateur départemental des Petits débrouillards.

Coincée entre la voie ferrée, une déchetterie et des usines, l’aire des gens du voyage n’est pas complètement oubliée par les acteurs sociaux et culturels. D’ailleurs elle bénéficie depuis 2002, soit deux ans après sa création, de l’agrément « centre social ». Celui-ci permet à la communauté d’être accompagnée dans ses démarches administratives par le centre social du quartier des Promelles, baptisé « Les Hérissons ». Deux fois par semaine, Silène Fauvel, une conseillère économie sociale et familiale, tient des permanences d’accès au droit : « Je viens pour les aider à remplir leurs papiers, pour les réorienter vers les services concernés, mais aussi pour monter avec eux les dossiers de scolarisation de leurs enfants. »

Parmi les douze familles et leur vingtaine d’enfants qui vivent sur l’aire, six sont scolarisés régulièrement, trois en école primaire et trois avec le Centre national d’enseignement à distance (Cned). « Notre objectif, poursuit Silène Fauvel, c’est de lutter contre l’absentéisme. » Et quand vient le moment de se détendre, différentes activités sont proposées aux petits. « On appelle ça le temps des tikné, cela veut dire ‘enfant’ en manouche », précise Léa Najja, la directrice du centre social.

Mercredi matin, pour la construction du baby-foot, le sous-préfet d’Alès Olivier Delcayrou est venu sur place où il a été accueilli, entre autres, par l'équipe du centre social et le médiateur socio-culturel Payou Baptiste. L’occasion pour Olivier Delcayrou de rappeler que l’État finance l’association des Petits débrouillards à hauteur de 4 500 euros et de promettre aux enfants qu’il reviendra pour une visite moins formelle : la prochaine fois, ce sera pour faire un match de baby.

Élodie Boschet

 

 

 

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close