NÎMES Un choc pour choquer les esprits

Photo : Coralie Mollaret)

Mercredi matin à l'École de police de Nîmes. (Photo : Coralie Mollaret)

Un accident entre un deux roues et une voiture a été simulé, ce matin à l’école de police, à l'occasion de la journée nationale de la prévention routière.

Le scénario part d’une histoire vraie. Celle d’Alex, 16 ans, originaire des Bouches-du-Rhône et passionné de moto : « il n’était jamais tombé. Il aura fallu d’une fois » déplore non sans émotion, Pascal Dragotto, pilote professionnel du risque routier. Ce matin à l’école de police de Nîmes, des collégiens et lycéens nîmois ont assisté à la reconstitution de l’accident de l’adolescent, renversé par une voiture qui avait grillé un stop.

Le mannequin articulé qui représente Alex n’a ni gants, ni blouson de moto. Quand au casque, il est porté sur le front de façon à préserver la coiffure qu’Alex a travaillé le matin, avant de partir pour le lycée. En grande conversation via son kit Bluetooth, le conducteur a percuté Alex. En apparence la vitesse en ville (soit 50km/h) ne semble pas excessive. Pourtant, le choc est impressionnant. Lors de l’impact, le mannequin virevolte, son crâne percute le pare-brise avant de s’écraser au sol.

Dans ce type d’accident : « les victimes finissent handicapées ou paraplégiques. » Alex lui, est mort sur le coup. Alors au-delà du sermon habituel, l’État a souhaité montrer par la pratique la dangerosité des routes et les raisons de la législation en vigueur. Rappelons que dans le Gard depuis le début de l’année, 47 familles pleurent la perte d’un des leurs.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Partager