Economie

BAGNOLS SKS rafraîchit 1500 mètres carrés d’atelier avec un système naturel et écologique

Le caisson adiabatique (au premier plan) a été installé par SKS sur la centrale de traitement de l'air (DR)
Le caisson adiabatique (au premier plan) a été installé par SKS sur la centrale de traitement de l'air (DR)

Publireportage. Pour rafraîchir un local, il n’y a pas que la climatisation. Une autre solution, économique et écologique, existe : le rafraîchissement adiabatique.

C’est ce dispositif qu’a choisi l’entreprise Arcadie, qui fabrique des tisanes, thés et aides culinaires bio à côté d’Alès, pour rafraîchir ses quelque 1500 mètres carrés d’ateliers et d’espaces de stockage. Un système installé par les experts de l’entreprise bagnolaise SKS sur la centrale de traitement de l’air existante du site. Des experts qui en assurent aussi la maintenance.

« Un système simple, écologique et naturel »

Concrètement, le système utilise un ventilateur pour faire passer l’air chaud à travers un échangeur humide en cellulose. L’air chaud va faire s’évaporer l’eau, et ainsi se refroidir naturellement : c’est ce qu’on appelle le procédé adiabatique. « C’est un système simple, écologique et naturel, explique le gérant de SKS Emmanuel Miot. Il n’y a pas de fluide frigorifique dangereux pour la couche d’ozone, de rejet d’air chaud ni de moteur. »

Le tout pour un résultat convaincant : « on peut aller jusqu’à 10 degrés d’abaissement de la température en consommant juste un peu d’eau, qui peut de plus être de l’eau de récupération traitée », poursuit Emmanuel Miot. Une solution plus adaptée aux locaux de grande hauteur, « puisque le débit de ventilation doit faire entre dix et quinze fois le volume de la pièce », précise le chef d’entreprise.

L'intérieur du caisson adiabatique (DR)
L'intérieur du caisson adiabatique (DR)

Une gestion de l’air sur mesure

Chez Arcadie, le système rafraîchit dorénavant l’atelier de broyage, l’atelier de flacons, les ateliers centraux, mais aussi un espace de stockage de 300 mètres carrés qui ne faisait pas partie des travaux initiaux. « Mais comme le client a constaté que le dispositif marchait bien, il a souhaité rajouter cet espace », note Emmanuel Miot. Le chantier, commencé au mois de juin et assuré par deux monteurs et un électricien, a ainsi été prolongé d’un mois, et mené dans un environnement contraint. Ainsi, les ateliers sont restés en production tout le long des travaux, conformément au cahier des charges.

En cours de finition, ils ont permis de proposer une solution de rafraîchissement sur mesure. Le caisson adiabatique a été raccordé à un caisson d’insufflation installé lui aussi par SKS et rajouté à la centrale de traitement de l’air pour réguler l’arrivée d’air dans les ateliers, dont chacun a nécessité une gestion de l’air personnalisée. « Nous avons mis des buses à diffuseurs orientables dans l’atelier de mise en sachet pour éviter les courants d’air », explique le chef d’entreprise. Idem pour l’atelier de broyage, où il a fallu prendre en compte la question des particules en suspension, et pour l’atelier de mise en flacons, nécessitant une diffusion de l’air à faible vitesse. « On a mis une gaine textile, c’est comme une chaussette microperforée gonflée par le flux d’air », précise Emmanuel Miot. Ce dispositif, parfaitement adapté aux caractéristiques de l’atelier, permet d’éviter les courants d’air. Ici, l’air frais est dompté, et passe uniquement par des gaines dûment isolées tant au niveau thermique qu’acoustique.

Enfin, cerise sur le gâteau, le rafraîchissement adiabatique coûte dix fois moins cher qu’une climatisation.

Et aussi :

En plus de ces travaux, SKS a également replacé les robinets des vestiaires d’Arcadie, et a également installé un adoucisseur d’eau dans l’atelier arômes.

L’entreprise SKS sera présente au salon BIG ce lundi 16 octobre au forum de Laudun-l’Ardoise.

L’entreprise SKS, Solutions Klima Services est basée avenue de la Roquette, zone du Berret à Bagnols. Contact : 04 66 33 03 59, contact@sks-clim.com. Plus d’informations sur le www.sks-clim.com.

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité