A la uneFaits Divers

Le 7h50 de Maître Laurence Aguilar, elle défend le « corbeau » de Lucas Tronche

9a7dd2af-1021-4efb-800e-0fbaf2d3b9d9

Maître Laurence Aguilar, défend le "corbeau". Photo B.DLC/Objectif Gard.

C'est ce mercredi après-midi devant le tribunal correctionnel de Nîmes que comparaît, celui que la presse à surnommé le "corbeau de Lucas". Cet habitant de la Drôme, âgé d'une cinquantaine d'années, a envoyé des courriers aux parents de Lucas Tronche... Cet adolescent de 15 ans, a disparu depuis mars 2015, à Bagnols-sur-Cèze. Le corbeau expliquait dans les missives que le jeune garçon était en bonne santé. Maître Laurence Aguilar, avocate nîmoise, défend le prévenu. Elle a accepté de faire le point sur cette affaire.

Qui est le corbeau, l'homme que vous défendez aujourd'hui devant le tribunal correctionnel ?

C'est un homme qui est inconnu des services de justice et de la police. Il a une cinquantaine d'années, et il n'avait jusqu'à présent jamais fait parler de lui. Bien au contraire, c'est un employé de supermarché plutôt silencieux dans sa vie, presque transparent. C'est un homme extrêmement solitaire, qui n'a pas de vie sociale. Il se réfugie dans la lecture.

Pourquoi d'un seul coup, a-t-il écrit des lettres anonymes aux parents de Lucas Tronche, un adolescent qui est introuvable depuis mars 2015 ?

Il m'explique qu'il ne pouvait pas résister, qu'il devait répondre aux appels de détresse des parents. La disparition de Lucas a fait la une des médias régionaux et nationaux. Il a entendu le témoignage des parents lors d'une émission de RTL présentée par Jacques Pradel. Il m'a affirmé qu'il avait été ému face à leur désarroi. Ce que je vais dire peut surprendre, mais mon client, voulait selon lui, essayer de soulager la souffrance des parents en envoyant des lettres qui se voulaient rassurantes sur Lucas. Il maintient qu'il avait un besoin irrésistible d'écrire ses lettres. Il a fait parvenir une dizaine de courriers anonymes. C'est un homme qui a besoin d'exister, il a un attrait pour les choses injustes, les affaires qui ne sont pas élucidées.

Aujourd'hui, a-t-il des regrets, des remords vis-à-vis des parents, de la famille de Lucas ?

Il s'est rendu compte de l'impact après avoir envoyé les lettres. Il a pris conscience qu'il a fait quelques chose de terrible moralement. Il s'excuse, il est désespéré d'avoir causé autant de peine aux proches de cet adolescent.

Boris De la Cruz

 

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité