ActualitésCulture

MERCREDI CULTURE Érotisme et autres diableries…

Jacques olivier Liby pendant le dernier Brindis (Photo Eugénie Martinez)
Jacques olivier Liby pendant le dernier Brindis (Photo Eugénie Martinez)

L'association les avocats du Diable n'en finit pas de créer le buzz. L'ouverture de la Feria des vendanges avec l'avocat Dupond-Moretti pour prononcer le Brindis à la ville de Nîmes était le dernier en date. Mais ce n'est pas le genre de ces diables d'avocats que de se reposer sur leurs lauriers. Rencontre avec un président survitaminé entre conférence de presse à Paris et préparation d'événements aussi mystérieux qu'alléchants pour tout savoir de ce qui se prépare… 

@objectifgard : Il y a tellement de choses sur le feu que le plus simple serait peut-être de procéder par ordre chronologique  ?

JOL : Demain sort le recueil du Prix de la Nouvelle Érotique 2016, il sera disponible en librairie au rayon de la littérature généraliste. Pour nous c'est très important parce que nous revendiquons l'érotisme comme l'ADN d'une société. D'ailleurs nous avons reçu pour le PNE le label du ministère de la culture via la SOFIA (Société Française des Intérêts des Auteurs de l’écrit, société agréée par le ministre chargé de la Culture (NDR)).C'est à la fois une distinction et une responsabilité. Par ailleurs, nous sommes soutenus par  la Région Occitanie et le Conseil départemental du Gard.

Le recueil de l'an dernier est disponible sur le web, pouvez-vous nous en dire plus sur l'intérêt qu'il a suscité ?

Pour ce qui est du PNE, il y a 36 600 téléchargements à ce jour ety bien plus de lectures en ligne. Ce qui est compréhensible, les tablettes ou autres étant souvent à usage familial. La plupart des connexions se font entre 22h00 et minuit. Là encore rien d'étonnant. Mais là où nous avons été surpris, c'est de constater des pics de conection entre 10h00 et 11h00 du matin et 15h00 et 17h00… Serait-ce l'éclosion d'un phénomène : l'érotisme au travail ? (rires).

Deux mots de la nouvelle lauréate…

Elle s'intitule "Ta maîtresse humblement" de Pascal Hella. Elle relate la correspondance d'un soldat et de sa marraine de guerre. Outre son érotisme indéniable, elle est "écrite". Il y a une trame, une histoire, une forme littéraire… La pornographie c'est du voyeurisme, l'érotisme se doit d'être bien plus que cela.

Les auteurs du prochain PNE sont dans les starting-block ?

Cette année nous avons limité la participation à 300 auteurs, ce qui nous oblige à une sélection drastique des candidature mais aussi et surtout à rester dans des proportions qui nous permettent de décerner ce prix dans de bonnes conditions. Pour cette année les candidatures sont closes. Il aura lieu dans la nuit du 28 au 29 octobre prochain. Les candidats doivent se soumettre à une double contrainte : ils reçoivent par mail la ligne conductrice générale et le mot de la fin au début de la nuit et doivent rendre la nouvelle à 7h00 le matin après une nuit blanche d'écriture. la plus longue nuit de l'année (passage à l'heure d'hiver) Pour les auteurs, c'est un véritable challenge.

Peu de prix se déroulent de cette façon ?

Certains ont des contraintes mais le PNE est le seul à être entièrement dématérialisé. Un processus unique auquel le ministère de la culture s'est déclaré sensible. Hier, nous étions à Paris, pour une conférence de presse sur le prix. Nous avons aussi été invité  d'honneur à une réunion littéraire et gastronomique à La divine alcôve (restaurant du 7e arrondissement) par les "Festins de Laslo" qui compte des membres référents dans le domaine, culturel et littéraire. Parler de l'érotisme à Paris, c'était encore un challenge. le PNE grandit vite…

C'est donc lui qui vous occupe en ce moment ?

Pas tout à fait. Après-demain, c'est-à-dire vendredi 20 octobre se déroulera dans un lieu gardé secret, Dans la peau de Morante de la Puebla ou la Mort Hantée du Peuple. Deux ans après le succès rencontré par la soirée, Dans la peau de José Thomas, le dandy-psy et aficionado Jean-Pierre Chambon, revient avec une démonstration à la fois culturelle et ludique relative à la carrière du Maestro Morante de la Puebla. Se prêter à cet exercice n'est pas anodin, il s'agit là d'un transfert revendiqué. Cette soirée est limitée à 70 personnes. Comme tout ce que nous organisons, elle est gratuite mais l'inscription est obligatoire. Nous avons donné rendez-vous aux participants à 19h30 en haut des marches de la Maison Carrée. Puis nous nous rendrons dans un lieu symbolique resté secret. Je tiens à préciser que les inscriptions sont closes et que nous ne pouvons pas faire de dérogation au nombre annoncé.

Il y a des choses dont que nous n'aurions pas évoquées ?

Oui pleins (sourire). On peut envoyer sa nouvelle pour le Prix Hemingway de cette année dès maintenant à l'adresse suivante : peggy@lesavocatsdudiable.com. La limite d'envoi étant le 30 janvier. L'intégralité des 13 nouvelles lauréates précédentes est disponible gratuitement sur lesavocatsdudiable-tumblr.com . On compte déjà 16 800 téléchargements. Et surtout, l'ADN de notre association, les lectures dans les TER, aux Halles vont bientôt reprendre… Amener partout la culture, l'envie de lire …

 

Propos recueillis par Véronique Palomar

 

 

 

 

 

 

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité