A la uneActualitésSociété

NÎMES La cathédrale de l’eau, vidée et remise à flot

LE clocher de léglise Saint-Luc à droite, le réservoir Bonfa nest pas celui du Mont-Margarot ou de la Porte dAlès) (Photo Anthony Maurin).
Le clocher de l'église Saint-Luc à droite, le réservoir Bonfa n'est pas celui du Mont-Margarot (ou de la Porte dAlès) (Photo Anthony Maurin).

À l’occasion de son nettoyage annuel, Nîmes Métropole et la SAUR proposaient une visite  du plus grand et du plus ancien site de stockage d’eau potable de la ville, le réservoir Bonfa, au nord du Gambetta.

L'eau, dans nos contrées sèches et ensoleillées, est une denrée qui se raréfie. Alors il a fallu, au fil des âges, travailler pour la stocker et la faire courir jusqu'aux quatre coins de la cité. Les romains avaient construit le Pont du Gard, nous nous servons encore du Réservoir créé en 1882.

Pour loccasion, les Comités de quartier étaient invités à connaître le dossier pour mieux jouer leur rôle de relais sur le terrain (Photo Anthony Maurin).
Pour l'occasion, les Comités de quartier étaient invités à connaître le dossier pour mieux jouer leur rôle de relais sur le terrain (Photo Anthony Maurin).

Un réservoir a pour rôle de permettre de stocker de l’eau, d'en limiter sa pression et à assurer le lien entre la production et la consommation. Pour être complet, il existe deux types de réservoir. Le semi-enterré (lorsque le relief est suffisant, exemple Bonfa) et le château d’eau, d’où la nécessité de générer de la hauteur d’eau pour assurer la distribution par gravité!

Le toit du réservoir (Photo Anthony Maurin).
Le toit du réservoir (Photo Anthony Maurin).

Même si le réseau nîmois est loin d'être parfait car comptant de nombreuses fuites, la Saur se félicite de ses performances. Visiblement, un bas coût de la production de l'eau pourrait permettre des fuites sans engendrer un surcoût.En tout cas, pour la Saur, l’eau distribuée sur la ville de Nîmes est d’excellente qualité et peut alimenter les communes du secteur "Garrigues" telles que Saint-Anastasie, Gajan, Saintt-Mamert, Saint-Bauzély, Fons, Montignargues, Saint-Genies de Malgoirès, La Calmette et La Rouvière.

Non ce nest pas une plage mais le sol avant nettoyage du réservoir (Photo Anthony Maurin).
Non ce n'est pas une plage mais le sol du réservoir avant nettoyage (Photo Anthony Maurin).

Avec 14 millions de m3 produits en 2016 alors que 50000 usagers ont consommé en moyenne dix millions de m3, la production journalière varie entre 45000 et 55000 m3. En tout, ce sont 60000 m3 qui peuvent être stockées et qui sont réparties dans 22 réservoirs pour un réseau de près de 700 kilomètres avec un rendement de 70%.

Un accès central et une descente dans le monde clos du réservoir le plus grand de la ville Photo Anthony Maurin).
Un accès central et une descente dans le monde clos du réservoir le plus grand de la ville (Photo Anthony Maurin).

Pour le seul réservoir Bonfa, spectaculaire par sa capacité de stockage de 12500 m3 (en gros, cela représente l'équivalent de cinq piscine olympiques comme Nemausa!) et par son envergure de 70 mètres de long et 50 de large. Datant de 1882, ce réservoir alimente plus de la moitié de la population Nîmoise alors il faut s'en occuper et bien le faire. Il n'est pas le plus ancien réservoir du quartier car le fameux Mont Margarot (Porte d'Alès) fut bâti en 1870.

Le réservoir, immense et majestueux (Photo Anthony Maurin).
Le réservoir, immense et majestueux (Photo Anthony Maurin).

Comme le prévoit la réglementation, la vidange, le nettoyage et la désinfection des installations d'eau potable destinée à la consommation humaine doivent être au moins désinfectées une fois par an. L’objet principal est la suppression des causes d’altération de la qualité de l’eau distribuée.

Un petit diaporama était diffusé sur les murs intérieurs du réservoir (Photo Anthony Maurin).
Un petit diaporama était diffusé sur les murs intérieurs du réservoir (Photo Anthony Maurin).

Ainsi, ce petit décrassage reste une opération exceptionnelle et demande la collaboration de cinq ou six agents de la Saur pendant deux jours. Expressément formés à ce type d’intervention qui demande un strict respect de toutes les règles de sécurité, ils doivent vider le réservoir, pulvériser un produit détergeant visant à enlever les dépôts calcaires, puis procéder à un rinçage, une désinfection et un second rinçage avant de faire à nouveau le plein.

Les galeries du réservoir Bonfa Photo Anthony Maurin).
Les galeries du réservoir Bonfa (Photo Anthony Maurin).

Comme les choses sont bien faites, cette opération ne causera aucune perturbation pour les robinets nîmois. D'autres réservoirs ont pris le relais pour assurer la distribution de l’eau en continu aux habitants.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité