A la unePolitique

LE 7h50 de Jean Denat : « L’avenir mérite mieux que des collectivités qui ne s’entendent plus. »

Jean Denat, assis à son bureau de Vauvert, quasi prêt à signer l'intégration à Nîmes Métropole.
Jean Denat, assis à son bureau de maire de Vauvert, quasi-prêt à signer son décollage vers Nîmes Métropole.

Longtemps militant de l'intercommunalité camarguaise et de l'entre-deux métropolitain, le maire de Vauvert n'y croit plus. Jean Denat veut aujourd'hui rejoindre Nîmes Métropole, histoire d'oublier les blocages en Camargue. Lors du dernier conseil communautaire de Petite Camargue, il n'a pas approuvé le Pôle d'équilibre territorial et rural. Un mois après, il n'a pas changé d'avis. 

ObjectifGard : Vous avez voté contre le projet de territoire de la Communauté de Communes de Petite Camargue et formulé le voeu de rejoindre Nîmes Métropole. Pourquoi ce front vauverdois pro Nîmois ?

Jean Denat : En Camargue, on est avant tout sur une posture défensive, on imagine une « menace », c’est écrit ainsi (1). Le projet de territoire de la CC Rhony Vistre-Vidourle ne mentionne aucune coopération avec nous. Si on nous avait proposé comme objectif une communauté de communes regroupant les intercommunalités camarguaises nous serions d’accord. Le pôle territorial et rural proposé, c’est un outil à subventions. Il faut un projet plus ambitieux, une vision de l’avenir à 10-15 ans. Pour la restauration scolaire, Petite Camargue a voulu bâtir un projet avec Rhony Vistre Vidourle. RVV a planté le projet. On ne peut pas dire qu’aujourd’hui de meilleures conditions soient créées pour travailler ensemble. La coopération avec le Pays de Lunel ? Le président de RVV s’y oppose formellement. Comme maire de Vauvert, ce qui m’importe c’est d’être sur des positions réalistes.

La situation et la coopération entre Camarguais peut-elle évoluer selon vous ?

Si on était en 2002 et que je découvrais un projet pareil, je dirais : "OK, on y va !". Relancer la machine en 2017 me paraît peu réaliste. La structuration de l’entre-deux métropolitain entre Nîmes et Montpellier, on essaye depuis 15 ans, ça ne marche pas. Je ne veux pas repartir sur un écran de fumée. Aujourd’hui on a moins d’argent public. La coopération, les compétences ont changé. Ce n’est pas une position polémique politicienne, la loi ne prévoit pas de modification de la carte intercommunale. On continuera à travailler avec nos collègues sans difficulté. Si l’objectif à terme et partagé reste la création d’une vraie communauté de communes réunissant les 5 CC (Petite Camargue, Rhony Vistre-Vidourle, Terre de Camargue, Pays de Sommières et Pays de Lunel), nous serions d’accord. Il faut que RVV l’entende. Et les autres aussi. La volonté de travailler tous ensemble existait il y a dix ans. Les liens se sont distendus.

Comment vous l’expliquez ?

Le repli sur soi est intégré par la plupart des élus. Dans les urnes, ça correspond au score élevé du Front national. On n’est plus dans l’ouverture sur ce territoire. 70% des élus ont été renouvelés en 2014. Il faut donc tout refaire. Les gouvernements socialistes, que j’ai soutenus par ailleurs, ont aussi politisé les intercommunalités, c’est une erreur. A leur création en 2002,  on ne se posait pas la question de la couleur politique de la ville d’à côté. On est d’abord l’élu de sa commune, on va à l’interco au début pour voir ce qu’on peut récupérer. Après, on peut aussi se dire :  je vais à la CC voir ce qu’on peut faire ensemble. L’état d’esprit est différent. Aujourd’hui, l’intercommunalité est un peu redevenue la caisse dans laquelle on va voir les œufs que l’on peut récupérer pour soi... L’avenir de Vauvert n’est pas là. Regardez le schéma de développement du très haut débit, vous avez fait un article sur les retards. Où est-il mis en œuvre ? Dans les agglos !  A Saint-Gilles, 13000 habitants, on creuse des tranchées pour installer la fibre optique. Nous, à Vauvert, 12 000 habitants, on va attendre combien de temps ? L’avenir mérite mieux qu’une boite à subventions entre des collectivités qui ne s’entendent plus.

  • « Si cette proximité (de Nîmes et de Montpellier, NDLR) est facteur d’attractivité, elle est également perçue comme une menace. La Petite Camargue, accueillant moins d’habitants et d’entreprises pourrait devenir dépendante des stratégies portées par ces deux grands voisins. » 'Note de synthèse explicative n°11, Projet de territoire de la CCPC-Approbation ,Conseil de Communauté de 27/09/2017

 florence.genestier@objectifgard.com

Etiquette

Florence Genestier

Nouvelle venue à Objectif Gard en juillet 2017, j'ai obtenu ma première carte de presse en 1991 (si !). Quinze ans de PHR dans une région de montagnes, un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :).

Vous aimeriez aussi

3 réactions sur “LE 7h50 de Jean Denat : « L’avenir mérite mieux que des collectivités qui ne s’entendent plus. »”

  1. Les egos des petits politiciens locaux s’affrontent sans égard pour les populations qu’ils sont censés servir. Chacun veut garder son fief (à commencer par Estève) et son autonomie pooitique (Denat), les camarguais déjà empêtrés avec le député Collard qui ne tout rien, vont encore prendre du retard. Cette situation est bien attristante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close