A la uneFaits Divers

AU PALAIS Pour empocher plus d’argent, le couple faisait croire à la CAF qu’il était séparé

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).
Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard).

Il n'y a pas que vingt ans d'écart qui séparent Malika, 40 ans, et Sébastien, 60 ans. A les écouter, leur amour s'est envolé en début d'année 2012 et les anciens époux, qui ont eu cinq enfants, se sont séparés.

C'est une histoire tristement classique : celle d'un couple qui, après plusieurs années de vie commune, décide de se séparer. En février 2012, Malika fait connaître sa nouvelle situation à la caisse d'allocations familiales (CAF) et précise qu'elle se retrouve avec ses cinq enfants à charge. Sébastien en fait autant et déclare qu'il vit seul dans un petit appartement alésien.

Seulement, en novembre 2013, alors que le couple est séparé depuis un an et demi, Malika tombe enceinte d'un sixième enfant ! Au moment de déclarer la naissance de l'enfant, le papa, Sébastien, donne la même adresse que Malika. Autant de "coïncidences" qui intriguent les contrôleurs de la CAF. Ils décident alors de se rendre au domicile de Sébastien et découvrent qu'il vit sans eau, sans électricité, qu'il n'y a ni meubles dans l'appartement, ni nourriture dans le frigo.

-           La séparation était réelle, c'est la vérité, jure pourtant Sébastien à la barre du tribunal correctionnel d'Alès.

Sa femme (les époux n'ont toujours pas divorcé..., NDLR) joue sur les mots sans réussir à convaincre le tribunal :

-           On était séparé, on s'entendait pas sur plein de choses mais on ne vivait pas toujours ensemble. Et puis on a eu un accident, on a eu un enfant.

Souhaitons que "l'accident" en question ne lise jamais ces lignes. Malika, qui perçoit aujourd'hui 1 500€ d'aides diverses tous les mois, aurait touché 24 690€ du RSA pendant les deux années de fraude et 24 128€ pour Sébastien. Des sommes qui agacent le procureur Sébastien Sider :

-           On a ici une fraude multiforme aux allocations familiales. On ne peut supporter la fraude, c'est intolérable, déclare-t-il avant de demander une peine d'amende de 1 500€ contre chacun des époux.

Le tribunal les condamne l'un et l'autre à 3 mois de prison avec sursis, à une amende de 450€ chacun ainsi qu'à rembourser un peu plus de 20 000€ à la CAF.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

 

 

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close