ActualitésSociété

GARD Le 503ème RT, bredouille mais honorable quand il fait de l’enduro son sport international

503eme-regiment-train-enduro

Pour la finale du Championnat du Monde d’Enduro, la ville de Zschopau, à l’est de l’Allemagne,
accueillait ce week-end le gratin de l’enduro Mondial. C’était également la dernière course pour
l’Équipe de France d’Enduro Armée de Terre – FFM. De retour de la Slovaquie, les pilotes du
503ème régiment du Train ont eu affaire à un parcours et des spéciales compliqués comprenant
beaucoup de pierres et des racines piégeuses où la moindre erreur se payait cher.

Après un prologue réussi le vendredi soir avec le 2ème temps, le 1Cl Blanjoue a réalisé une excellente première journée samedi. Auteur de très bon chronos dont le meilleur temps dans "l’extrem test", il a été en bagarre pour la 4ème place jusqu'à la dernière spéciale. Malheureusement, une chute dans un passage technique le relègue à la 8ème place. Moins incisif le lendemain, il réitère en 8ème position.

Juste derrière lui samedi, le 1Cl Nicolot a lui aussi effectué une excellente première journée. En bagarre pour la 5ème place jusqu’en fin de journée, il a cassé son câble d’embrayage en liaison et a pris une minute de pénalité au contrôle horaire. Il termine 13ème. Le lendemain, il part à la faute à plusieurs reprises dans "l’enduro test" et ne sera pas en mesure de se battre devant malgré ses bons résultats dans l’extrem test. Il termine onzième.

Très bien parti également, le 1Cl Passet a terminé la journée en septième position sur la feuille de temps. Cependant, une pénalité de 10 seconde pour départ anticipé au prologue de la veille le classe finalement dixième. Moins à son aise le lendemain, il part plusieurs fois à la faute et termine 16ème.

Les pilotes de l’Équipe de France d’Enduro Armée de Terre – FFM ne jouaient pas ce championnat. Pour leur première année, ils sont venus se mesurer au niveau très relevé du Championnat du Monde, et ils ont montré que l’on pourra compter sur eux les années à venir! Le bilan très positif de cette saison a une nouvelle fois récompensé cette Équipe de France, qui œuvre dans la formation des jeunes pilotes français depuis 23 ans. Elle tire donc sa révérence avec la satisfaction du devoir accompli. Elle restera certainement dans l’histoire et le cœur de nombreux pilotes qui, sans elle, n’auraient jamais pu percer et représenter la France et l’armée de Terre au plus haut niveau sur la scène nationale et internationale.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 34 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité