A la uneEconomie

GRAND AVIGNON La French Tech Culture et le Maroc tissent des liens

Le vice-président du MEDEF Marocain Amine Alaoui (au centre, derrière le député de Vaucluse Jean-François Cesarini), entouré des start-uppers de l'accélérateur de la French Tech The Bridge (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le vice-président du MEDEF Marocain Amine Alaoui (au centre, derrière le député de Vaucluse Jean-François Cesarini), entouré des start-uppers de l'accélérateur de la French Tech The Bridge (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le vice-président de la Confédération générale des entreprises du Maroc, l’équivalent du MEDEF marocain, était en visite mardi à Avignon à l’invitation de la French Tech Culture.

Et pour recevoir Amine Alaoui, c’est son nom, la structure qui rayonne sur une grande partie de la Provence et le Gard a mis les petits plats dans les grands, par le truchement de l’ancien candidat aux législatives à Avignon Kader Guettaf.

« On attend de nouvelles possibilités de créations de richesses »

Ainsi, après avoir rencontré le président du Grand Avignon puis visité le pôle d’activité Terralia et le pôle de l’aéronautique, le chef d’entreprise Marocain avait rendez-vous à l’accélérateur de start-ups de la French Tech The Bridge. Il a eu droit à une présentation détaillée de sept start-ups passées par l’accélérateur, qui ont toutes pour point commun le patrimoine et le tourisme, sélectionnées « aussi dans l’idée d’un potentiel déploiement soit en partenariat, soit en coopération au Maroc », précise le secrétaire général de la French Tech Culture Paul-Roger Gontard.

Car les deux parties ont une petite idée derrière la tête : « il est toujours intéressant de s’ouvrir à de nouvelles opportunités, explique Amine Alaoui. On attend de nouvelles possibilités de créations de valeurs et de richesses. » Car le numérique, et plus particulièrement le numérique au service de la culture, du patrimoine et du tourisme, intéresse le Maroc au plus haut point. Pays bénéficiant d’un bonne couverture numérique, le Maroc est une terre de patrimoine et de tourisme, ce qui lui fait un point commun avec le territoire couvert par la French Tech Culture, et un terrain de jeu potentiel pour les start-ups de the Bridge. « Tout ce qui touche au patrimoine nous intéresse car nous avons un potentiel clair dans ce domaine », résume Amine Alaoui.

Un match retour à venir

« J’ai vu énormément de choses intéressantes et directement liées à des potentiels d’affaires entre les deux parties, et l’expérience French Tech Culture est très intéressante et mériterait d’être reproduite chez nous », poursuit le représentant du patronat Marocain. Et outre le business, Amine Alaoui vient aussi chercher à Avignon « des apports en organisation et en structuration », ce qui est le coeur du métier de la France Tech Culture, qui vise rappelons-le à créer et à dynamiser un éco-système de l’économie numérique sur le territoire. Il faut dire que le Maroc « est en pleine phase de structuration de ses start-ups », explique Amine Alaoui.

De quoi inciter le uns et les autres à envisager fortement un « deuxième round », lance Paul-Roger Gontard. Une délégation française devrait faire le voyage inverse en 2018.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

29 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close