Faits Divers

NÎMES Les CRS caillassés hier soir : 1 interpellation mouvementée

Deux compagnies de CRS venues de Marseille vont se relayer. Mais ces compagnies ne seront pas au complet (Photo Anthony Maurin).
Photo Anthony Maurin/ Objectif Gard

Depuis quelques jours des CRS viennent renforcer les effectifs de la police Nîmoise dans les quartiers de Valdegour et de Pissevin. Mardi soir, vers 20h30, une patrouille de CRS a été prise à partie et caillassée par des jeunes, place Avogadro à Valdegour. Des jets de pierres sur les fourgons qui n'ont pas fait de blessé et peu de dégâts matériels. Un adolescent reconnu par les forces de l'ordre, comme étant un fauteur de troubles, a été immédiatement appréhendé. Lors de son arrestation mouvementée, il aurait refusé le contrôle et l'interpellation, un groupe de jeunes aurait alors essayé de venir en aide à l'adolescent. Les fonctionnaires de police ont utilisé des bombes lacrymogènes et des grenades anti encerclement pour pouvoir rétablir l'ordre. Le jeune de 16 ans a finalement été conduit au commissariat, il est actuellement en garde à vue.

B.DLC

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

9 réactions sur “NÎMES Les CRS caillassés hier soir : 1 interpellation mouvementée”

  1. Mais bon sang que risquera t’il ? Tant que notre justice restera laxiste devant de tels comportements rien ne changera! Et cette justice qui est trop frileuse pour appliquer les vrai texte de loi, actes dilictuels ou criminels les sentences sont à pleurer de rire!! Y’a n’a marre! Vraiment marre!! Appliquons des peines d’issuasives peut être que les récidives se feront plus rare. Tout ces juges ne servent strictement à rien !!!

  2. Contrairement au lecteur précédant, je pense que ce n’est pas le bruit des bottes et le nombre de CRS qui vont arranger notre société. LE DIALOGUE ET L’Éducation formeront le terreau d’une nation heureuse ! Aujourd’hui ce n’est pas le cas…

    1. Ce type de discours prônant le dialogue et l’éducation les  » jeunes sauvageons » s’en foutent. Le dialogue c’est comme en amour il faut être deux et consentant. Quant à l’éducation ils préfèrent celle de la rue plutôt que celle de l’école. Demandez aux habitants de ces quartiers , aux pompiers ,aux personnels médicaux qu’il faut escorter par la police lors d’intervention si le bruit des bottes et la présence de CRS les dérangent. L’époque des bisounours est passée il est nécessaire de rétablir l’ordre.

  3. Il faut aussi que les parents paient pour les actes de leurs enfants par ce que une éducation laxiste de la pzr des parents plus une justice démissionnaire on voit ou ça mène il y a du souci à ce faire pour la prochaine génération donc maison de redressement pour ce délinquant de 16 ans et amende très forte pour ses parents pour manque d éducation

  4. Nier les causes socio-économiques et « culturelles » de la violence au prétexte qu’expliquer c’est déjà excuser…c’est totalement absurde.
    Sauf à considérer qu’il y a un gène de la violence et que celui ci est plus présent par exemple chez les noirs aux USA qui garnissent les prisons alors qu’ils ne représentent que 15% de la population. Idem chez nous même pour les noirs et les arabes même si on n’a pas de statistiques publiques à ce sujet. Le creusement des inégalités, l’évolution vers des quartiers ghettos de riches d’un côté, de pauvres de l’autre, la panne de l’intégration et de l’ascenseur social, le chômage de masse, les frustrations inhérentes au modèle consumériste, la corruption des « élites », …peuvent entrainer des actes de revanche débile contre les représentants des services publics les plus proches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close