ActualitésPolitique.

NÎMES, un comité pour les alternatives aux contrats aidés

(Photo Véronique Palomar)
Réfléchir, s'informer, parler mais surtout agir… Tel est le propos de ce nouveau comité d'action (Photo Véronique Palomar)

Mardi dernier au Dynamo, Évelyne Van Meesche, présidente de l'association Quartier Libre et militante à la Ligue des Droits de l'Homme a donné rendez-vous à ses camarades du milieu associatif ainsi qu'à des employés de collectivités territoriales dans le but d'entériner la création du Comité d’Actions pour des Alternatives aux Contrats Aidés, département du Gard.  

 Dénoncer, expliquer, informer.
"Les ordonnances concernant le gel des contrats aidés ont été rendues publiques puis mises en œuvre sans concertation ni explication, il apparait pour bon nombre d'associations, dans l'éducation ou les collectivités locales, que la mesure a un impact considérable." Tel est le constat d'Évelyne qui a décidé de passer à l'action. Pour la présidente de Quartier Libre,  "la Création du Comité n'est qu'un volet mais il est essentiel. Les actions viseront à mener des enquêtes précises et contradictoires pour tenter de mesurer l’ampleur des impacts directs et indirects,  à récolter de l’information, tant le manque de transparence est criant pour ce qui concerne la mise en place de ces suppressions. Elles viseront à interpeller et alerter les pouvoirs publics des impacts du gel des contrats aidés." Et ce par la création d'une cartographie précise des établissements et associations touchées ainsi que l'impact sur les personnels mais aussi sur le public  des suppressions de contrats aidés.  "Elles viseront enfin à sensibiliser tout un chacun sur l’incidence énorme de cette décision", poursuit Évelyne. Et de conclure,"ce comité est ouvert à toutes personnes ou structures concernées et/ou inquiétées par le gel des contrats aidés."
"L'alternative doit relever de l'exigence"
Collecter de l'information et dresser un bilan des conséquences ne suffit pas, le Comité aura également pour mission la recherche d’alternatives. "Au gel des contrats aidés il nous faut exiger des lignes budgétaires supplémentaires afin d’assurer la continuité des missions que les associations et les collectivités remplissent au service de la société. Nous devons exiger des rémunérations correctes et stables pour ceux et celles qui portent ces missions au service de l’intérêt général tout en maintenant un dispositif adapté de retour à l’emploi", précise Évelyne.
 Pour rejoindre ou soutenir le comité, obtenir ou partager toutes informations: 07.63.34.61.01 - actionetalternative@gmail.com

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close