A la uneActualitésFootballNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Les Crocos font durer le suspense mais se qualifient

Les Nîmois sont allés jusqu'au bout du suspense ... (Photo : archives Anthony Maurin/Objectif Gard)
Les Nîmois sont allés jusqu'au bout du suspense... (Photo : archives Anthony Maurin/Objectif Gard)

Dans des conditions climatiques difficiles, les Nîmois ont fait le minimum syndical avant de se qualifier dans la douleur au bout du suspense face à des Marseillais qui n'ont jamais démérité (1-0)...

Dans des Costières aux tribunes clairsemées qui sonnaient franchement le creux, le NO alignait un onze largement remanié en raison des indisponibilités diverses et variées (blessés, sélectionnés...). Une bonne occasion pour certains de retrouver du temps de jeu et de se montrer (Savanier, Vlachodimos, Paquiez, Valls, Thioub, Desprez, Bobichon...).

Après les bourrasques de vent, c'est la pluie qui s'invitait sur le tapis vert où les...Vert Marseillais obtenaient le premier corner (6e) avant de réclamer un penalty sur une faute de Rippart dans la surface 8e). L'arbitre ne bronchait pas et laissait le jeu se dérouler...

Le premier corner nîmois était pour "You"... Thioub (12e). Sans effet... Vesant local, Savanier à la baguette organisait le jeu sans parvenir à mettre ses attaquants en bonne position.

Le premier coup de chaud dans la défense nîmoise arrivait quand l'ex-ajaccien Gigliotti, côté gauche, voyait sa reprise passer au ras du poteau (14e).

Sur un coup-franc tiré côté droit de 25 mètres et bien cadré, Savanier obligeait le gardien visiteur à s'employer pour la première fois (16e). Encouragé depuis le banc de touche par l'ancienne idole du stade vélodrome, Mamadou Niang, Marseille Consolat, où figurait plusieurs anciens nîmois, faisait jeu égal avec des Crocos parfois empruntés dans l'utilisation du ballon.

Vlachodimos tentait de secouer le cocotier en venant défier la défense phocéenne balle au pied (28e). Thioub se lançait dans un slalom échevelé de trente mètres qui se terminait dans les mains du portier marseillais (32e).

La meilleure occasion de ce premier acte échouait à l'ancien nîmois et néo-Marseillais Aït-Fana, parfaitement servi à l'entrée de la surface, lequel ouvrait son pied gauche pour une frappe à ras de terre qui trouvait sur sa route un Sourzac bien inspiré (36e). Ouf !

Pas vraiment enthousiasmant !

Face au 10e de National 1, on attendait mieux du second de Ligue 2, pas vraiment dans son assiette et  incapable de se créer de véritables occasions. En cette fin de mi-temps, les erreurs techniques s’enchaînaient de part et d'autre et c'est en toute logique que les protagonistes se séparaient à la pause sur un match nul et vierge malgré une ultime tentative lointaine à ras de terre de Savanier, facilement captée par le gardien visiteur, Assi-Kébé (45e).

De retour des vestiaires, ce sont encore les protégés de la "Bonne Mère" qui se mettaient en évidence et venaient titiller la défense croco même si, heureusement pour Nîmes, Aït-Fana tergiversait trop au moment d'orchestrer une rapide contre-attaque successive à un corner...nîmois (47e) !

Diawara (49e) puis Aldelgheni faisaient passer un frisson dans les travées nîmoises (53e) alors qu'on attendait encore une réaction et un semblant de révolte qui tardait à se faire jour chez les Gardois où, il faut bien le dire, les présents avaient du mal à faire oublier les absents.

Séché par Sacko qui récoltait au passage une biscotte bien méritée, Savanier tentait sa chance directement de plus de trente mètres. Las ! Sur une pelouse détrempée et avec un ballon en peau d'anguille sa tentative passait nettement à côté... (58e). Dans la minute suivante, à l'angle de la surface de réparation marseillaise, c'est cette fois Bobichon qui voyait sa frappe fuir le cadre...

Un peu plus pressants et plus précis dans les trente derniers mètres, les Nîmois commençaient à passer le nez au hublot. Les centres avaient enfin droit de cité côté local et Marseille n'en menait pas large sur plusieurs ballons chauds.

Un feu de paille qui s'éteignait tout seul dix minutes plus tard faute d'être alimenté. Et ce sont les visiteurs qui reprenaient du poil de la bête et s'aventuraient à nouveau dans la moitié de terrain nîmoise. En embuscade à l'orée de la surface et complètement délaissé, Aït-Fana voyait sa frappe trouer la nuée (76e). Un lointain coup-franc du capitaine phocéen Gigliotti contournait le double mur vert et rouge et rasait la transversale de Sourzac (78e). À dix minutes du terme, la vitesse et l'impact offensif était sans conteste du côté des Provençaux.

Heureusement "Zorro " Pasquiez est arrivé !

Sentant le danger, l'entraîneur croco, Bernard Blaquart, faisait entrer Del Castillo en lieu et place de Vlachodimos (81e) tandis que Thioub se replaçait côté gauche. Nîmes y trouvait un regain offensif. Esseulé au point de penalty, Deprez écrasait sa frappe qui finissait dans les gants d'Assi-Kébé (85e). Dans la minute suivante, contré au dernier moment, Bobichon n'était pas plus heureux... On se dirigeait tout droit vers une prolongation dont tout le monde semblait se satisfaire à défaut de mieux.

Pour ces dernières minutes du temps réglementaire, alors qu'on jouait les arrêts de jeu, Buades rentrait à la place de Bobichon et d'une passe latérale servait Paquiez. Excentré côté droit, l'attaquant nîmois délivrait une merveille de ballon piqué (un centre ? un tir ?) qui lobait Assi-Kébé, un peu avancé, avant de finir sa course dans le petit filet opposé  (90e +1) ! Pas franchement génial mais réaliste, le NO venait se qualifier sans gloire pour le 8e tour de la coupe de France. Toujours ça de pris...

Philippe GAVILLET de PENEY

Philippe@objectifgard.com

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close