A la uneActualitésSociété

GARD Mobilisation générale pour la cour d’appel de Nîmes

La grande majorité des avocats gardois avaient désertés études et prétoires pour se rassembler sur les marches du palis de justice de Nîmes Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
La grande majorité des avocats gardois avaient déserté études et prétoires pour se rassembler sur les marches du palais de justice de Nîmes (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Environ trois cents avocats, huissiers et notaires, une grosse phalange d'élus de tous bords, une cinquantaine du petit millier d'étudiants en droit de l'université de Nîmes et environ trois cent cinquante quidams ont répondu ce lundi à l'appel à la mobilisation lancée par l'Amcan (Association pour le maintien d'une cour d'appel de plein exercice à Nîmes).

Sono digne de stars du rock, écran géant, buffet pantagruélique avec cochonnailles à volonté servi sous un barnum... : pour ce "rassemblement citoyen", selon le vocable choisi, la municipalité et l'Amcan avaient mis les petits plats dans les grands et déployé une logistique à faire pâlir d'envie les organisations syndicales. De quoi reléguer les manifestations ''traditionnelles'' au rang d'aimables kermesses de patronage...

Quoi qu'il en soit, la mobilisation générale décrétée par le bâtonnier nîmois Jean-Michel Divisia a fait son effet. Ils étaient venus, ils étaient tous là, même ceux du Sud du...département, dès qu'ils ont entendu ce cri : elle va mourir la cour d'appel de Nîmes !

Plus de trois cents personne avaient répondu à lappel de ce rassemblement citoyen Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Plus de trois cents personnes avaient répondu à l'appel de ce rassemblement citoyen (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Les étudiants en droit nîmois ont déployé une banderole Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Les étudiants en droit nîmois ont déployé une banderole (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Unis comme jamais, les élus de tous bords sont montés à la tribune (et au créneau !) pour dire leur inquiétude mais aussi leur énergie pour défendre la cause de la cour d'appel de Nîmes auprès de la commission gouvernementale chargée de rendre un avis le 15 janvier prochain à la garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

De nombreux élus ont pris la parole. Ici la députée En Marche Françoise Dumas, le maire de Nîmes Les Répubicains, Jean-Paul Fournier, et le député européen LR Franck Proust Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
De nombreux élus ont pris la parole. Ici la députée En Marche Françoise Dumas, le maire de Nîmes Les Républicains, Jean-Paul Fournier, et le député européen LR Franck Proust avant leur allocution (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Les hommes de loi ont quant à eux plaidé avec virulence, et parfois avec emphase, la cause d'une juridiction qui traite avec une constance et un professionnalisme que personne ne lui conteste pas moins de 8 000 dossiers par an. Tout en faisant face à une hausse régulière de la délinquance et de la population...

La fédération des jeunes avocats avait formé une délégation Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
La Fédération des jeunes avocats avait formé une délégation (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Sono, écran géant : les organisateurs navaient lésiné sur la logistique... Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Sono professionnelle, écran géant : les organisateurs n'avaient pas lésiné sur la logistique... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Dans les rangs des porteurs de robe noire, comme à Amiens ou dans la dizaine de juridictions concernées par ce remaniement programmé de la carte judiciaire, on oscillait entre espoir et crainte. L'espoir de voir les décideurs tenir compte du contexte et des spécificités locales et la crainte de voir Nîmes ravalée au simple rang de chambre détachée. Une "juridiction croupion", comme n'a pas hésité à qualifier l'un d'entre-eux...

Certains songeraient-ils déjà à une reconversion professionnelle ? Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Certains avocats songeraient-ils déjà à une reconversion professionnelle ? (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Le bâtonnier nîmois, Jean-Michel Divisia, sest exprimé au micro de nos confrères de la télévision Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Le bâtonnier nîmois, Jean-Michel Divisia, s'est exprimé au micro de nos confrères de la télévision (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Hésitant encore entre le verre à moitié vide et la coupe à moitié pleine, les acteurs locaux, défenseurs de la justice de proximité, ont entendu la député Françoise Dumas les assurer que la cour d'appel de Nîmes n'était de toute façon pas menacée de disparition totale. Reste encore à savoir si elle et ses collègues parlementaires sauront convaincre le premier ministre Édouard Philippe de lui conserver toutes ses prérogatives. De nombreux emplois sont en jeu et le prestige de la juridiction nîmoise aussi. Réponse le 15 janvier prochain.

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com

 

Etiquette

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close