ActualitésEconomieSociété

MARDI ÉCO 2017, le Gard en chiffres

Les arènes, un écho antique au lourd passé de la pierre et de lhistoire de Nîmes (Photo Anthony Maurin).
Les arènes de Nîmes, atout touristique gardois (Photo Anthony Maurin).

Le Gard compte 747000 habitants vivant dans 353 communes comprenant 17 intercommunalités, quatre communautés d’agglomération, cinq pays et cinq Schéma de Cohérence Territoriale.

C’est le département qui compte une des plus importantes poussées démographiques de la Région Occitanie (et donc de France) avec 8000 nouveaux gardois par an. La classe d’âge la plus représentée dans le Gard n’est autre que celle du baby-boom, à savoir celle des 50-55 ans. En outre et même si ce chiffre est moins important que celui de la moyenne nationale, le Gard accueille parmi sa population 5,5% d’étrangers.

Niveau scolarité post-bac et formation, là aussi, le Gard n’est pas en reste. Près de 2700 étudiants en BTS, près de 1000 en classes préparatoires aux grandes écoles et près de 7000 étudiants à l’université font du Gard un département relativement bien servi par l’éducation nationale. A ces chiffres, ajoutez les plus de 4000 apprentis et 4000 autres jeunes adultes formés par les soins de la Chambre de Commerce et d’Industrie.

Le Gard abrite 78000 entreprises et en voit se créer plus de 7300 chaque année (pour environ 5000 radiations). Mais le Gard exporte. Le solde du commerce extérieur gardois est positif de 177 millions d’euros et ce pour la quatrième année consécutive. Très dynamiques, pleines de bonne idées et enrichies de produits à haute valeur ajoutée, les entreprises se portent finalement plutôt bien quand elles exportent leur savoir-faire. Si on importe des produits chimiques, pharmaceutiques ou plastique ainsi que de la viande, nous exportons d’autres produits chimiques et synthétiques, des boissons et des aliments pour animaux. D’ailleurs, leader en matière d’exportation, Royal Canin n’y est pas pour rien.

Les produits du terroir sont un excellent moyen de se faire plaisir et de contribuer à une économie locale et valorisante.
Les produits du terroir sont un excellent moyen de se faire plaisir et de contribuer à une économie locale et valorisante.

Pour l’emploi, on en dénombre 247000 au total pour un taux de chômage qui est le quatrième le plus important de France avec 13,5%. On note aussi que 17% des travailleurs gardois n’exercent pas leur office dans leur département et que 4% des actifs sont agriculteurs. Comptez 10% pour l’industrie, 7% pour le BTP et 69% pour le tertiaire dont 43% de tertiaire marchand.

Les revenus des Gardois ne sont pas exceptionnels, loin de là. Quand on parle de revenu moyen, l’actif dans le Gard perçoit 22500 euros par an contre quasi 26000 pour le Français lambda. A noter que ces chiffres sont plus faibles quand on parle des Nîmois, des Alésiens ou encore des Bagnolais… Comme nous ne sommes pas très riches, il est normal que seuls 39% des ménages gardois soient imposés.

Mais le Gardois consomme. Il consomme et il aime consommer. D’ailleurs, l’alimentation est son principal acte d’achat. Viennent ensuite la voiture, les soins à la personne, les équipements de la maison, la culture et le sport, les équipements de la personne, les repas à l’extérieur et le tabac. 16% des dépenses des Gardois sont effectuées à l’extérieur du département ou sur Internet.

Bonne nouvelle qui devrait s’accentuer d’ici quelques mois sinon quelques années, le tourisme. Avec 4,5 millions de visiteurs qui se rendent dans les plus beaux sites touristiques, le Gard est mal payé de ses efforts mais cela va changer. Les Pont du Gard reçoit plus d’1,5 million à lui seul, le Seaquarium (356000) fait mieux que les arènes (3280000) et le musée du bonbon Haribo accueille quant à lui plus de 260000 visiteurs quand la Bambouseraie tourne autour des 220000. Avec 214 hôtels, 157 campings, près de 50000 résidences secondaires, le premier port de plaisance d’Europe avec 5000 anneaux et 11 villages de vacances, le Gard a de l’avenir. Sans compter sur les plus de 4000 entreprises gardoises spécialisées dans le tourisme.

Chiffres et données de Code 30, via la CCI du Gard.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 31 ans et suis journaliste depuis près de dix ans. Nouveau dans l'équipe d'Objectif Gard, je suis en charge de l'actualité de la Camargue Gardoise. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close