Faits Divers

NÎMES Pompiers agressés lors d’une intervention : « on pensait qu’on allait mourir »

Sans commentaire... Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Photo /Objectif Gard

Un homme de 22 ans a été condamné, lundi après-midi, par le tribunal correctionnel de Nîmes à 6 mois de prison. Il était poursuivi pour "outrage à une personne chargée d'une mission de service public" et "menace de délit contre les personnes avec ordre de remplir une condition". Le prévenu qui n'a pas pris soin de se déplacer à l'audience devra en outre payer 2 500 euros à chacun des trois pompiers.

C'était il y a 9 mois, pourtant à écouter cette femme, pompier, les faits se sont déroulés il y a quelques secondes. Elle raconte, ce lundi après-midi, à la barre du tribunal correctionnel de Nîmes, cette intervention qui a totalement dégénéré par la faute d'un homme survolté et armé ! "On pensait qu'on allait mourir. J'ai 15 ans de profession et jamais je n'ai été soumise à une telle pression, à un tel débordement", raconte la secouriste émue et des trémolos dans la voix. Son équipier poursuit: "C'est la première fois que je connais un acte de violence totalement gratuite. On était là, dos au mur, face à un homme qui nous avait insultés, crachés dessus, et qui a fini en revenant nous voir, par sortir une arme à feu "!

Nous sommes, le 22 février 2017, il est 20h, lorsque le centre de secours de Nîmes reçoit un appel. Un homme est malade sur la voie publique, près de la gare. La victime se trouve à 200 mètres de la caserne des pompiers, boulevard Sergent Triaire. Et le copain du malade qui appelle le centre de secours, s'impatiente. "Les pompiers arrivent au bout de 2 ou 3 minutes, mais c'est trop pour ce monsieur qui affirme qu'il va faire un malheur si on s'occupe mal de son copain, dénonce l'avocat des soldats du feu, Maitre Philippe Barnouin. Les pompiers viennent vous chercher partout ou vous vous trouvez, ils s'occupent de vous, ils vous emmènent gratuitement dans les services hospitaliers. Ils sont préparés à tout dans ce métier, les corps déchiquetés par des accidents, des risques d'attentat, des enfants morts. Mais là, un homme va sortir une arme, ce n'est pas rien", poursuit l'avocat Nîmois. Et alors que les secours essaient de soigner l'homme à terre, des copains de l'agresseur conseillent aux pompiers de partir, car leur connaissance est "capable de tout" disent-ils. Et lorsque l'individu menaçant revient et alors que les pompiers ont le brancard dans les mains, il sort une arme. Les autres jeunes s'interposent et le calme revient au bout de longues minutes. L'agresseur lui va s'échapper. Il sera retrouvé par le commissariat de Nîmes, mais il expliquera qu'à cette époque il buvait beaucoup et qu'il ne se souvient de rien. La condamnation de ce lundi, va au-delà des réquisitions du procureur adjoint qui réclamait 4 mois de prison ferme.

Boris De la Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close