A la uneActualités

FAIT DU JOUR : Thalatoo teste son prototype d’ordinateur de plongée au Seaquarium

seaquarium-test-thalatoo-17
Les plongeurs, soigneurs et biologistes du Seaquarium ont testé le prototype de Thalatoo.

Jeudi, le bassin des phoques et des otaries a accueilli des plongeurs en quête d'innovation technologique. L’Institut Marin accueillait son premier test de matériel en partenariat. Celui du premier masque de plongée connecté, conçu par des ingénieurs de Montpellier.

Les phoques du bassin du Seaquarium, animaux curieux et joueurs, ne perdent pas une miette des préparatifs de l’équipe de plongeurs, ce matin de novembre frisquet. Ils s’approchent du petit groupe, repartent. Ce matin, le genre humain local leur paraît bien agité...

seaquarium-test-thalatoo-16
"Ils sont bien nerveux ces humains aujourd'hui" semblent se demander les phoques du Seaquarium

Il a un petit côté Robocop, Dragon Ball Z ou Terminator, ce nouveau dispositif de plongée. Il se porte comme une lampe frontale et fait apparaître en lettres numériques, dans le coin gauche du champ de vision tous les éléments nécessaires et repères techniques. Même au XXIe siècle, cela reste un peu magique. Boussole, oxygène, température, paliers de décompression : des données qui jusque-là se collaient en bracelet à la combinaison. Avec l’entreprise Thalatoo, située à Montpellier, le dispositif se porte désormais en diadème. Un mini-écran sur le front, qui informe vite le compagnon de plongée. Autant de chiffres, pour évoluer dans le milieu sous-marin en toute sécurité, qui doivent être constamment surveillés. « C’est un coup à prendre pour bien diriger le regard sur l’écran, mais au bout de quelques minutes, on s’habitue. En mer, avec le bracelet, qui souvent tourne au fil de la plongée, l’accès aux données et moins aisé. Là, c’est immédiatement accessible », raconte Florent, un moniteur qui accompagne Boris Larchevêque, le fondateur de la jeune entreprise dans ses tests finaux. Sollicitées via l’Institut Marin pour essayer le dispositif Elvira, Sarah, Elodie, Evelyne des biologistes, soigneurs et fondus de plongée du Seaquarium notent et font part de leurs impressions face à ce nouvel appareil.

seaquarium-test-thalatoo-25
Dans l'aquarium , en plein test

Pour les dirigeants de Thalatoo, la plongée collective au Seaquarium succède à de multiples essais en Méditerranée depuis plusieurs mois. Ils ont besoin des retours des plongeurs pour faire évoluer encore le prototype, qui risque de révolutionner les habitudes des pratiquants. La commercialisation de ce « masque » - plus exactement un petit boîtier léger qui se fixe au-dessus - devrait démarrer dans les prochains mois. Maoi , son nom de baptême s’adresse aussi bien aux plongeurs professionnels et amateurs. Pour reprendre le slogan de la jeune marque, « il rend votre masque intelligent ». Maoi a aussi de la mémoire et peut transférer les infos vers les carnets de plongée en ligne.

Luminosité accrue et pratique

Créée en 2016 par Boris Larchevêque et Emmanuel Bremon, Thalatoo intègre au monde sous-marin des technologies pointues utilisées jusqu’ici dans l’aéronautique ou la course automobile. L’affichage dit tête haute est hyper net, lisible et lumineux ( ObjectifGard a lui aussi testé le masque, mais au sec) et facilement déchiffrable pour les plongeurs vétérans ou porteurs de lunettes ou de lentilles de contact. Maoi devrait être commercialisé dans une fourchette de prix avoisinant les 400 €. L’entreprise a réalisé une première levée de fonds ce printemps et multiplie sa présence dans tous les salons. La première idée a surgi après une plongée en Corse en mai 2015. Depuis, les deux fondateurs ont travaillé d’arrache-pied. Première maquette réalisée en juin 2016 ; testée en septembre de la même année puis en mer cet été. Cette plongée au Seaquarium s’inscrit dans une liste ininterrompue d'essais et de perfectionnements.

seaquarium-test-thalatoo-5
Boris Larchevêque, un ingénieur passionné de plongée, l'un des créateurs de Thalatoo et concepteurs de Maoi.

Pour l'Institut Marin du Seaquarium ce rendez-vous est aussi d'importance. Il s'agit de son premier partenariat du genre. Tous les humains se montraient satisfaits de cette matinée qui a allié échanges d'expériences et innovation. De leur côté, les phoques, museaux aux aguets semblaient assez contents de cette nouvelle attraction...

Florence Genestier

Etiquette

Florence Genestier

Nouvelle venue à Objectif Gard en juillet 2017, j'ai obtenu ma première carte de presse en 1991 (si !). Quinze ans de PHR dans une région de montagnes, un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :).

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close