ActualitésPolitique

GARD « Chez les pompiers, la minorité décide pour la majorité »

Président du syndicat départemental des pompiers volontaires du Gard, Samuel Mathis n’est pas solidaire de la grève de ses camarades professionnels. Il s’explique.

Samuel Mathis, président du syndicat des pompiers volontaires du Gard. Photo : droits réservés)

Objectif Gard : Après un mois de conflit, pourquoi réagir seulement maintenant au conflit qui oppose le Département aux pompiers du Gard ?

Samuel Mathis : Il y a une erreur dans votre question ! Vous parlez des pompiers du Gard. Mais de qui exactement ? Cette grève concerne uniquement les pompiers professionnels et non les volontaires. Dans leur communiqué du 10 novembre, les syndicats des SPP* laissent entendre que tous les pompiers sont concernés. Ce n’est pas le cas !

Pourquoi ?

Parce que nous ne sommes pas sur les mêmes revendications. Les pompiers professionnels veulent le recrutement d’autres pompiers professionnels ! Mais leur grève est bien née suite aux agressions des agents ? Ce sont ces mêmes agressions qui ont justifié leur campement pendant trois semaines sur l’avenue Feuchères… Dites-moi quel est le lien entre les agressions et l’embauche de pompiers professionnels supplémentaires ? Dans l’accord qui va être signé avec le Département, on ne parle même plus de ces agressions ! En fait, la communication a été d’utiliser les agressions pour demander tout ce qu’ils voulaient demander…  Ça a été la porte d’entrée pour faire adhérer les citoyens à leur mouvement. Tant que l’intersyndicale ne parlait pas en autre nom ça allait. Mais maintenant, c’est différent.

Quelle est votre légitimité au sein des pompiers du Gard ?

Les pompiers volontaires représentent 2 000 agents contre un peu plus de 600 pour les professionnels*. Sur ces 2 000, nous avons 700 adhérents ! Notre syndicat été créé en 2014 à la demande du président Alexandre Pissas et des élus. L’objectif est de permettre aux pompiers volontaires de défendre leurs intérêts. Avec le syndicat SUD, le dialogue est inexistant. D’ailleurs à l’époque, ils ont contesté notre syndicat. Ils ont dit que nous n’étions pas des travailleurs professionnels et donc, que nous n’avions pas de droit syndical.

Les syndicats des pompiers professionnels se mobilisent pour défendre leurs droits. Vous, que faites-vous ?

Nous sommes volontaires ! Ça signifie que la semaine nous avons un travail, une famille… Nous sommes plus difficiles à mobiliser. Et puis, si on commence à se battre pour rappeler la nature du modèle de sécurité civile… On a pas le temps !

La « nature de la sécurité civile », c’est-à-dire ?

Le modèle de sécurité civile français est basé sur le volontariat. Dans les casernes, il y a plus de pompiers volontaires que professionnels. C’est la minorité forte qui décide pour la majorité silencieuse !

Qu’est-ce que vous réclamez aujourd'hui ?

Pour nous, le problème est ailleurs. Nous alertons la direction du SDIS sur l’évolution des coûts de fonctionnement à venir. Le législateur a donné l’opportunité aux pompiers de monter en grade. C’est très bien... Mais ça va occasionner des dépenses supplémentaires pour les prochaines années. Le SDIS a-t-il prévu de les financer ? Par ailleurs, il y a un taux important de turn over chez les pompiers volontaires. Or, recruter des volontaires, les former… Ça coûte ! 

Quelles sont les raisons de ce turn over d’après vous ?

Les pompiers volontaires sont trop souvent considérés comme une variable d’ajustement, mobilisables quand les pompiers professionnels ne sont pas disponibles ! Du coup, ils n’ont plus de plaisir à sacrifier leur vie de famille et leurs loisirs pour vernir dans les casernes. Nous voulons une autre politique de management.

Propos recueillis par Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com 

*SPP : Sapeurs-pompiers professionnels. 

*La plupart des pompiers professionnels ont un engagement volontaires.

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “GARD « Chez les pompiers, la minorité décide pour la majorité »”

  1. Des pompiers volontaires poussés dehors , harcelés , détruits par la hiérarchie .Je peux vous en parler .Le jour où vous devenez la cible , vous êtes seul . Détruit parce que vous avez fait l’erreur de votre vie .se former , former , aider , donner de son temps quand il y a besoin .

  2. LA MINORITE qui ce bat pour l’ensemble des pompiers du Gard et pour que la chaîne des secours toute entière reste à un niveau de performance que la population est en droit d’attendre. Il est dommage que l’on est fait croire à ce Monsieur qu’il représentait les pompiers du Gard sous prétexte qu’il est à la tête d’un « syndicat » qui ne rassemble qu’un tiers des pompiers volontaires du département. Autant dire qu’il n’obtient même pas la majorité absolue parmi ses camarades. La minorité des pompiers volontaires qu’il représente lorsqu’il se confie à la presse seront heureux de constater que leur « représentant » ne comprends pas que : lorsque des camions ne sont plus aux normes, les pompiers (volontaires ou professionnels) qui les utilisent sont en danger. Qu’il ne comprend pas que l’embauche des Pompiers que nous auront obtenu permettra à des pompiers volontaires de se professionnaliser. Qu’il ne comprend pas que chaque années nous nous battons pour que le budget du département soit maintenu à un niveau permettant de faire face à tous les besoins y compris le paiement de leurs vacations. Qu’il ne comprend pas que lorsque les pompiers sont agressés, il n’y a pas de différence entre un gars qui vient en caserne lorsqu’il en a la possibilité et celui qui a décidé d’y consacrer sa vie entière…. Bref je suis certain que la plupart de mes copains volontaires ne se reconnaîtrons pas au travers de cet individu qui au moment où toutes les casernes du département font corps pour défendre notre profession, ce quelle représente et tout ce qui nous est précieux, tente de discréditer ce mouvement en se ridiculisant de la sorte. Parfois on croit marcher  » en tête » mais quand on se retourne, en fait il n’y a personne derrière. Ce soir, j’ai tristement honte pour lui et je ne comprends pas que l’on puisse porter le même uniforme.

  3. Alors si je comprends ce monsieur les vrais pompiers de métiers sont donc volontaires et ceux qui ont un statut professionnel viennent quand ils sont disponibles ? Alors pourquoi ne pas avoir que des pompiers volontaires ?

  4. oui au pompier bénévole.
    non au pompier de métier
    oui au gréviste pompier bénévole sur leur temps de repos de leurs métiers
    non au pompier professionnel volontaire…. roo je m’y perd :/
    c’est sans doute car ce mec se trompe de combat…
    Encore un rebus de la profession qui n’a pas fini professionnel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close