A la uneActualitésSociété

GARD Des Assises pour relever le tourisme

Le Département a lancé les 1ères Assises du Tourisme, des Loisirs et de l'Attractivité avec dans la foulée, des réunions pour extraire les meilleures idées de développement du Gard

Fred Delon, rédacteur en chef de la Gazette de Nîmes, Michel Hermet, restaurateur multicasquettes du WineBar à Nîmes, Thierry Allard, journaliste à Objectif Gard et Denis Bouad, Président du Département (Photo Anthony Maurin).

Dans la foulée des 1ères Assises du tourisme, des loisirs et de l'attractivité, le Gard souhaite dépasser l'avenir en créant autour de ces atouts locaux une sphère de communication à la hauteur des espérances gardoises.

C'est une des premières ressources économiques de notre département... Le tourisme ne coûte rien mais rapporte gros quand on sait le gérer. Dans un Gard à l'économie fluctuante sinon déroutante, il est intéressant de voir cette rentrée d'argent d'un bon oeil. Oui les touristes sont parfois enquiquinants, oui les touristes peuvent dépasser les bornes de l'entendement sudiste mais honnêtement, quel plaisir de partager notre territoire et ses plus beaux trésors avec la planète entière!

Comme c'est encore loin d'être le cas, le Gard a lancé des assises pour causer tourisme et développement économique autour de la question des loisirs et de l'attractivité du territoire. "On a la chance de vivre dans un départements avec toutes ces richesses mais comment faire pour les capitaliser? Le patrimoine, l'agriculture, la gastronomie, la mer et la montagne... On a tous les atouts et mieux que nous, c'est compliqué!" lâche Denis Bouad, Président du Conseil départemental du Gard. Et pour cause, 16000 emplois dans le secteur et près d'un milliard d'euros de recettes annuelles! C'est à la fin du mois de novembre que sera voté le Schéma Départemental du Tourisme, des loisirs et de l'attractivité, alors autant dire qu'il faut réfléchir vite et bien pour se donner les moyens de nos ambitions.

Et le Président Bouad de poursuivre, "Tout fonctionne bien mais il nous faut véhiculer une image positive du Gard en nous inscrivant dans le Schéma régional. Entre institutions, communes, monuments et communautés de communes, pourquoi ne pas mutualiser nos moyens de communication? Il nous faut être en capacité de travailler ensemble et d'avoir une vision commune mais c'est le Pont du Gard qui doit être le socle de notre nouvelle communication".

(Photo Anthony Maurin).

Au quotidien, ce sont 53000 touristes qui débarquent pour voir les lieux emblématiques du Gard. 44 sites touristiques, 17 sites naturels labellisés "Gard pleine nature", quatre Grands Sites de France, trois sites classés (en attendant Nîmes) à l'UNESCO, trois villes d'Art et d'Histoire, quatre des plus Beaux villages de France, trois Villages de caractères, neuf Jardins remarquables, 10 AOP AOC, six produits du terroir, une dizaine de vins protégée, quatre sites Remarquables du goût... Bref, il y a de quoi faire briller notre savoir-faire et notre savoir-être!

"Nous ne sommes pas assez fiers de notre département. C'est un scoop mais nous allons, sur les lignes d'Air France à l'international, diffuser une petite video qui vante les beautés gardoises. C'est parce que c'est difficile que je vais m'en occuper!" poursuit Denis Bouad. Les grands projets passés en revue, la création d'un centre d'interprétation et de sensibilisation aux changements climatiques sera à l'ordre du jour. Cette première en France sera accompagnée de la réhabilitation du site abbatial de Saint-Gilles, de la mise en route du Musée de la Romanité, de nouveaux aménagements au pôle "Santé bien-être d'Alès les Fumades" et du projet très actuel de l'école de la mer à Port Camargue, plus grand port de plaisance d'Europe.

Mais les orientations ne s'arrêtent pas là. Cinq suggestions émergent. Faire du Gard une destination multiple, mettre l'innovation au service d'une ingénierie touristique renforcée, créer une organisation touristique coordonnée et renforcée, adapter l'offre touristique et mettre en oeuvre une gouvernance rénovée et partagée.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité