A la unePolitique

NÎMES Jean-Paul Fournier tend la main aux adjoints UDI

Après sa rupture avec Yvan Lachaud, le maire LR de Nîmes assure qu'en mairie "tout va très bien". Il invite les adjoints UDI à garder leur délégation.

Au centre, le maire de Nîmes Jean-Paul Fournier. (Photo : Coralie Mollaret)

On a encore du mal à percevoir les répliques du séisme politique entre Jean-Paul Fournier et Yvan Lachaud. Samedi, le maire LR de Nîmes a retiré - contre toute attente - la délégation finances à son adjoint UDI et président de Nîmes Métropole, Yvan Lachaud. L'acte met ainsi fin à 16 ans de mariage forcé entre la droite et le centre pour remporter des élections.

Ce lundi, Jean-Paul Fournier a tenu une conférence de presse. Une conférence pour d'abord rassurer les Nîmois et les Nîmoises : "en mairie la vie continue, tout va très bien." Habitué aux petites phrases assassines, l'édile ne s'est pas privé : "de toute façon, c'est moi qui faisais les budgets. On peut se passer de lui !" Dont acte.

Agglo : les Républicains restent dans la majorité

Entouré de son premier adjoint Franck Proust et du président du groupe LR Julien Plantier, le maire ne supportait plus la politique d'Yvan Lachaud à l'Agglomération. Le litige sur le transfert des zones d'activités économiques ? "Ça été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase" assure la municipalité.

Politique tarifaire des transports, passage en communauté urbaine, fonds de concours… "Yvan Lachaud ne défend pas assez les intérêts des Nîmois !" assène Jean-Paul Fournier. "Avant d'être président de l'Agglo, on est d'abord élu de la Ville de Nîmes" enfonce Franck Proust qui, en 2014, regardait avec gourmandise le Colisée*.

Pour autant, pas question de sortir de la majorité à Nîmes Métropole : "nous avons deux vice-présidences, dont les délégations ne sont pas très importantes". Et aux élus Les Républicains de se réserver le droit de voter (ou non) le budget, le 4 décembre.

Fournier tend les bras aux adjoints UDI

L'animal politique qu'est Jean-Paul Fournier est rusé. Très rusé. Si "aucune réconciliation n'est possible avec Yvan Lachaud", c'est moins le cas de ses quatre adjoints UDI. Secoués par le conseil municipal de samedi, ils ont annoncé démissionner de leur délégation par solidarité avec Yvan Lachaud.

Une décision qualifiée de "regrettable" pour le maire de Nîmes qui, presque compatissant, déclare : "c'est sous la pression de M.Lachaud qu'ils ont fait ça. Quand j'ai retiré la délégation à M.Soulas, personne n'a démissionné !"

Alors, sait-on jamais, si certains voudraient rester, ils le peuvent  : "J'étais à peu près content de ce qu'ils faisaient." Le cas échéant, les délégations seront attribuées à d'autres élus de la majorité. Cet appel du pied semble être une tentative pour affaiblir le président centriste. Un président qui nourrit de sérieuses ambitions pour les Municipales de Nîmes en 2020.

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

*Siège de Nîmes Métropole.

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

5 réactions sur “NÎMES Jean-Paul Fournier tend la main aux adjoints UDI”

  1. Les vieilles recettes des siècles passés sont de retour. On ne change pas les hommes de ce passé qu’on pouvait espérer révolu. Ce spectacle est pitoyable. C’est insulter les nîmois que de croire qu’ils sont dupes de ce jeu révélateur d’une débilité ambiante qui se révèle maintenant au grand jour. L’œuvre entreprise a été considérable d’ambition : méritait-elle cette explosion en plein vol ? Triste fin de mandat que voilà. Il devient temps de tourner la page pour la poursuivre, car Nîmes, les nîmois et tout leur vaste bassin environnant la méritent et l’attendent. Peu importent les hommes d’aujourd’hui, quel que soit leur passé ou leur œuvre d’hier : seul compte l’avenir qui reste à construire. Et c’est là que réside la seule priorité qui compte.

  2. Ne rêvons pas, c’est probablement une fin de mandat et de carriere politique pour Fournier. Soit il part en laissant la maison sans dessus dessous et laisse le soin aux successeurs d’arranger tout cela (mais je ne crois pas à cela. Mais je crois Fournier trop loyal envers ses amis politique et son camp pour faire cela, mais peut-être que je me trompe). Soit il y a autre chose (on ne nous dit pas tout) et les histoires de l’agglo Ne sont qu’un prétexte. Lachaud préparait-il quelque chose de pas très loyal pour les prochaines municipales ? (Je crois Lachaud capable de tout….. ce ne serait pas la 1ère fois). Auquel cas Fournier Prépare le terrain pour pour ses amis pour 2020.
    Reconnaissons à cette équipe un formidable travail en profondeur dans cette ville depuis 16 ans qu’il faudra poursuivre en 2020 car il reste encore beaucoup à faire et sans divisons fratricide qui sont contre productives pour tous les Nîmois.

  3. Fournier est l’archétype même de la politique politicienne. Il est temps de tourner la page. Car tout ceci se fait au détriment des nîmois. Quant aux Républicains, avec le soutien apporté à la venue de Wauquiez à Nîmes, ils n’en ont plus que le nom.

  4. Popaul n’a plus toute sa tête.
    Se réserver le droit de faire un 4ème mandat ? La blague.
    De la maison de retraite alors ! Où sera t-il le père fournier en 2020 ?
    Aujourd’hui il révèle son vrai visage, son ego avant l’intérêt des nîmois. Pauvre homme

  5. Pas si pauvre que ça. Se mettre au service de l’intérêt général a très bien servi ses intérêts particuliers.
    En revanche, pauvre Plantier qui s’abrite derrière ce Fournier… Il ferait mieux de se mettre En Marche plutôt que d’emboiter les pas de Wauquiez Le Pen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close