ActualitésSociété

NÎMES Un NOGA de plus en plus tendre

Ce sont les mondes imaginaires que va explorer le Nîmes Open Game Art pour sa 5ème édition

Alexandre Simonet et Julien Fabre, créateurs du NOGA, ici lors de l'édition 2016. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Les mondes imaginaires seront la thématique centrale du 5ème Nîmes Open Game Art organisé du 8 décembre au 8 janvier.

Le jeu vidéo est devenu en quelques années le panthéon des temps modernes. Véritable cénacle des créateurs
en tout genre, il se nourrit abondamment de l’imaginaire des autres arts et accueille à sa table tous les héros de la pop culture. Leurs univers fantasques autrefois réservés à une poignée de passionnés ont aujourd’hui quitté l’Olympe pour trouver l’ouverture dans l’esprit et le quotidien des gens.

Cette nouvelle édition du Nîmes Open Game Art (NOGA), cherchera à mettre en valeur des imaginaires infinis que les joueurs explorent pour survivre à la quête, jusqu’à en extraire le nectar poétique. Avant d’être artistes, game designers ou programmeurs, les créateurs ont été des joueurs. Ils enrichissent aujourd’hui les jeux vidéo de ce qu’ils ont appris et de ce qu’ils ont vécu, avec le plaisir de concevoir et de fabriquer des univers parallèles grâce auxquels ils peuvent se raconter.

Si les mondes imaginaires sont au cœur du propos, c’est parce qu’il existe une diversité d’approches narratives, ainsi qu’une vision d’auteur et un travail d’équipe. Du coup, le jeu n'est, en aucun cas, un concurrent du livre! Avec deux expositions, "Jeu vidéo et mondes imaginaires" et "Bienvenu en Territoire infini avec Sébastien Monchal", des conférences "Jeu vidéo et mondes imaginaires", "Les personnages issus des mondes imaginaires" et des tournois " Nintendo Sunshine", "PS4 et casque de réalité virtuelle avec Cooldown" ou encore "retrogaming avec Hadoteam", l'édition 2017 promet d'être celle de tous les qualificatifs mélioratifs.

Pour les mordus de la trilogie Retour vers le Futur, c'est LA voiture, la fameuse DeLorean qui voyage à travers le temps, qui va atterrir à Nîmes les 9 et 10 décembre pour permettre à quelques élus de faire une petite balade au coeur des monuments nîmois. Autre nouveauté, l'arrivée du Quidditch, le jeu made in Harry Potter et quelques projections diffusées au Sémaphore. N'oublions le traditionnel et très important défilé de cosplay (costumes faits maison), une chasse au trésor version MineCraft et de nombreux ateliers (réalité virtuelle, jeux video en familles, démos, initiations, jeux de société...).

Programme complet en bibliothèque ICI. Entrée libre et gratuite sur l’ensemble du réseau des bibliothèques.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES Un NOGA de plus en plus tendre”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité