Société

MARCOULE Grève contre les conditions de la fusion de filiales d’Areva

Des bouchons, encore des bouchons : il fallait être très patient ce matin pour accéder au site de Marcoule. En cause : une journée de mobilisation nationale à l’appel de la CGT, CFDT et CFTC d’Areva.

Ce matin à l'entrée du site de Marcoule (Photo : DR)

Une journée de grève planifiée le jour d’une réunion au siège du géant du nucléaire, à Paris, pour négocier les conditions de la fusion de quatre entreprises de la division démantèlement et services du groupe en une.

« Arrêter de s’éparpiller »

La direction explique que l’entité démantèlement et services est aujourd’hui composée « d’entités spécialisées, mais très éclatées, ce qui pose un problème de compréhension de la stratégie commerciale, affirme le directeur de la communication d’Areva démantèlement et services Maxime Michaut. On cherche à arrêter de s’éparpiller en petites sociétés en constituant une grande société de 3 300 salariés environ qui portera tous nos métiers et aura une force de frappe conséquente. »

« Le groupe New Areva Holding a décidé de fusionner STMI, MSIS, Amalis et Polinor Sud au sein de STMI au 1er janvier 2018, explique le coordinateur CGT de New Areva Holding Manu Joly. La direction nous a dit qu’il n’y aurait pas de pertes pour les salariés, mais on en a quand même pas mal, avec des primes modifiées et pas compensées, des différences de temps de travail ou encore des dotations aux comités d’entreprises. »

En clair : les syndicats craignent une harmonisation sociale vers le bas à l’occasion de cette fusion. « Ils veulent mettre tout le monde dans la même entreprise, mais les négociations des transferts n’ont pas été faites, et le peu de négociations qu’on a pu faire n’ont pas été dans le bon sens », affirme le cégétiste.

Une centaine de grévistes d’après la CGT

Une vision contestée par la direction. Si elle admet qu’il y a « bien entendu des différences de statuts, de temps de travail ou encore de primes », elle affirme qu’il y a eu « trois à quatre jours de négociation par semaine pendant neuf mois. » Certes, Maxime Michaut reconnaît que le géant du nucléaire « ne pourra pas tout harmoniser par le haut, car nous sommes sur des marchés très compétitifs, mais on essaie à chaque fois de trouver le juste milieu. » Par exemple, la dotation des comités d’entreprise : « on avait trois entreprises situées en 0,6 et 0,8 % de la masse salariale, et une à 3 %. En faisant une moyenne, on aurait dû appliquer 1,6, mais on est arrivés à 1,9 %, ce qui fait que trois entités sur quatre vont y gagner », explique Maxime Michaut. Neuf thèmes font l’objet de négociations, et la direction le martèle : « parler de casse sociale, c’est faux. »

Dans le Gard rhodanien, environ 400 salariés seraient concernés. Parmi eux, « une grosse centaine sont venus ce matin », revendique Manu Joly avant de préciser qu’au niveau du groupe, 22 sites sur les 25 concernés participent à la mobilisation, dont le siège. Une mobilisation qui pourra se poursuivre suivant les résultats de la journée de négociation parisienne.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité