A la uneActualitésEconomie

NÎMES Un café de la création pour driver sa passion

Le Crédit Agricole, la CCI, la CMA, les jeunes avocats de Nîmes et des experts-comptables donnaient des conseils aux porteurs de projet

Des discussions conviviales pour mieux connaître les détours et les contours de la création d'une entreprise tout en étant conseillé gratuitement par des experts (Photo Anthony Maurin).

Les cafés de la création sont une nouveauté économique qui risque bien d'être pérennisée. Bénédicte Hamerel et Ludovic Benezech, de la caisse régionale du Crédit Agricole, organisaient la première édition nîmoise dans les murs de la brasserie Le Printemps.

Accompagnés des jeunes avocats, d'experts-comptables, de la Chambre de Commerce et d'Industrie et de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat, les banquiers créent cet événement pour aiguiller les porteurs de projet dans leurs démarches administratives et leurs visées économiques. "Les Café de la création font partie d'un réseau national mais le premier a été organisé en Normandie. Dans la région, c'est à Montpellier que nous avons débuté et nous comptons, comme en national, le dupliquer en local" évoque Bénédicte Hamerel.

Sur les 39 caisses françaises du Crédit Agricole, 19 sont déjà dans le coup. Ce rituel informel peut aider bon nombre de futures entreprises à voir le jour et à ne pas désespérer par les méandres français. "Ici, on s'aperçoit que les porteurs de projet qui démarrent sont toujours un peu perdus. Il faut dire que ce n'est pas facile! Cet événement permet de franchir les barrières et de développer l'économie de la région en toute convivialité. L'essentiel est de mettre en contact les personnes qui peuvent aussi s'entraider" poursuit Bénédicte Hamerel.

(Photo Anthony Maurin).

Sont conviées aux café de la création, les jeunes, les moins jeunes, les bonnes idées à développer, les reconversions à préparer ou à finaliser... bref, tous les profils qui veulent aller de l'avant sans rester dans l'arrière-garde!

"C'est une première à Nîmes mais nos comptons revenir fin février, le dernier jeudi du mois. Par la suite, nous localiserons peut-être l'événement ailleurs dans le Gard mais pour l'instant, nous voulons nous concentrer sur Nîmes. Nous espérons élargir la zone de chalandise et apporter une récurrence à l'événement" ajoute Bénédicte Hamerel.

Conseils gratuits, moment convivial, force économique et juridique... "Il y a une forte attente et nous voulons casser les frontières. Le petit bonus, c'est quand les porteurs de projet parlent entre eux, partagent leurs expériences et collaborent! Nous voulons dynamiser la création d'entreprise et quand on sait qu'en Languedoc 50% d'entre elles sont des micro entreprises, les conseils sont prépondérants" conclut Bénédicte Hamerel.

 

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité