A la uneActualités

SAMEDI C’EST VOUS « On ne devrait pas oublier l’intérêt général »

Eddie Pons dessine. Au bout de son crayon presque 40 ans de témoignages drôles et tendres

Photo Juan Silva

Chaque samedi à 14 heures, Objectif Gard ouvre ses colonnes aux lecteurs. À charge pour eux de nous raconter ce qui a retenu leur attention dans l'actualité de la semaine. Aujourd'hui, c'est Eddie Pons que nous invitons dans nos colonnes. Qui ne connaît pas le dessinateur n'est pas Nîmois. En tout cas, lui il vous connait. Depuis plus de 40 ans, du dessin de presse à la série animée en passant par la contre affiche, des calendriers, des programmes culturels et quelques exercices de dessin en live, l'homme met son crayon au service de ses convictions et de ses coups de cœur.

Humaniste avant tout, on sent qu'il tient à cœur à notre dessinateur de véhiculer des messages positifs. "Ce qui m'a plus le touché dans l'actualité de cette semaine c'est l'engagement d'Omar Sy en faveur des Rohingyas (un groupe ethnique de langue indo-européenne et de religion musulmane vivant principalement dans le sud-ouest de la Birmanie actuellement en proie à un véritable massacre et contraint de fuir en masse leur pays d'origine (mdr))."Je trouve formidable qu'il utilise sa popularité pour s'engager pour cette cause humanitaire. Le Yémen aussi ça m'a touché, surtout en cette période. J'ai de la peine quand je pense à ces populations qui souffrent".

Et puis, parce que l'homme ne se départit jamais de son humour, il poursuit sur une note plus légère: "L'actualité en France, c'est la neige !" Plus sérieusement, il confie une attitude prudente. "On sort d'une période électorale plutôt agitée. Maintenant il faut attendre et voir comment ça se passe".

Une volonté de "laisser sa chance au produit", qui transparaît beaucoup moins dans sa vision de la politique locale. "À Nîmes, je suis encore sous le choc de la rupture Fournier, Lachaud. C'est un coup de tonnerre, enfin à notre échelle… Je suis désolé parce que bien que je ne partage pas leurs idées politiques, j'ai des amis dans les deux camps. On a grandit ensemble. C'est dommage cette guerre fratricide. Les politique devraient se consacrer à l'intérêt général et pas à de vaines querelles intestines. Et en plus, ils étaient là tous les deux à l'inauguration de Cap Cinéma, remarque-t-il un peu désabusé." D'ailleurs, conclu cet incurable optimiste, pour moi qui adore le cinéma, la vraie bonne nouvelle c'est l'ouverture d'un grand ciné en ville."

En cette période de l'Avant, Eddie se laisse aller à des souhaits pour l'année nouvelle… "Comme tout le monde (ou presque (ndr)), je rêve d'un monde meilleur, le bonheur et la santé pour ceux que j'aime. Pour moi, je ne souhaite qu'une chose : dessiner! Je dessine depuis presque 40 ans et je veux que ça continue". 

Si l'on, considère son actualité, son souhait est en bonne voie : sa série animée Flamentonic, diffusée sur France 3, le sera sur Via Occitanie en début d'année prochaine. Une autre est en projet. "Un scoop rien que pour vous", confie Eddie, l'air de rien. Sans compter que le calendrier humoristique camarguais signé Eddie Pons est disponible, qu'il vient de signer l'affiche du festival de Flamenco de Nîmes, qui débute le 9 décembre prochain, sera mardi l'invité des patrons l'UPE30 pour parler de son parcours et travaille pour la prévention du cancer. Si vous voulez le rencontrer, il dessinera en direct le 14 décembre aux Jeudis des artistes de Pablo Romero à partir de 18h30…

Véronique Palomar

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité