A la uneActualitésEconomie

CCI30 Philippe Hurdebourcq, nouveau DG et nouvelles ambitions

En plus de l'arrivée d'un nouveau Directeur Général, la CCI30 va signer une convention avec les CCI d'Arles et d'Avignon

La CCI du Gard, rue de la République à Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Bernard Michel, intérimaire dans la fonction, vient tout juste de laisser sa place à Philippe Hurdebourcq, nouveau Directeur Général de la CCI30.

Le recrutement a été lancé en septembre dernier, le Président Eric Giraudier a lu plus de 300 candidatures mais c’est bien celle d’un ancien arlésien qui a eu les faveurs des décideurs. Nouveau Directeur Général, Philippe Hurdebourcq est peut-être bien l’homme de la situation.

A 52 ans, cet ingénieur de formation a également à son actif un doctorat en développement économique du territoire et pas mal d’autres flèches à son arc. Il connaît les activités industrielles, les nouvelles technologies, les conseils aux entreprises et la gestion industrielle. Philippe Hurdebourcq a même déjà été le DG de la CCI de Saint-Etienne Montbrison qui est comparable à celle du Gard. Là-bas, il a d’ailleurs connu une fusion entre les Chambres de Roanne, Saint-Etienne et Lyon.

"C’est une très grande fierté d’avoir été recruté mais je dois remercier Bernard Michel du travail qu’il a accompli. Les chiffres du budget 2018 sont fiables, je suis scotché par le travail réalisé. Je connaissais les Chambres de Nîmes et d’Alès car j’ai travaillé dix ans à la CCI du Pays d’Arles" tient à rappeler celui qui a roulé sa bosse un peu partout en France, partant du Nord, passant par Besançon, Paris et la Côte d’Ivoire.

Philippe Hurdebourcq, nouveau Directeur Général de la CCI du Gard (Photo Anthony Maurin).

Mais revenons sur Arles, c’est une convention qui va très prochainement être signée entre la ville du lion, celle du croco et celle des papes. Le triangle d’or Arles-Nîmes-Avignon, une logique économique efficace mais les frontières administratives ne permettent pas d’aller plus loin… "Depuis 2010, j’œuvre dans ce sens. Il y a des réalités humaines, historiques et géographiques qui amènent des réalités économiques. Par exemple, nous sommes plus proches de Paris que de Toulouse si on parle de transport… Ici, le Rhône n’est pas une frontière, c’est une passerelle" affirme Eric Giraudier.

Autres sujets, la vente de l'Hôtel de la CCI situé Rue de la République à Nîmes et l'école de commerce et de gestion, l'ECG. La vente de l’Hôtel de la CCI, est plus que jamais d’actualité. Avec les économies que doit réaliser la CCI, Pour le Président Eric Giraudier, "C’est un vrai un sujet. On nous a promis une réponse des Domaines avant la fin de l’année pour connaître le prix qui sera fixé. Nous discutons avec la Ville de Nîmes depuis longtemps, elle est intéressée et a la priorité. J'ai reçu des mandats mais on fera au plus simple, nous ne pouvons pas négocier le prix. Apparemment, le dossier est déjà parti. Ici, le bâtiment fait 3300m² et accueille 70 personnes (65 ETP). J’ai un bureau de 60m², je n’en ai pas besoin, je peux très bien me contenter de 20m²! Il faut être sérieux et revenir à une réalité qui est celle du monde des entreprises".

Eric Giraudier et Philippe Hurdebourcq (Photo Anthony Maurin).

Si un départ est donc dans les cartons, il faudra trouver une nouvelle adresse pour les locaux de la CCI30. En ville, en périphérie ou ailleurs, sur le territoire de Nîmes Métropole. Quand on sait les tensions actuelles entre Ville et Agglo, la CCI30 aurait plutôt intérêt à être joueuse pour décrocher la meilleure offre.

Concernant l'EGC et selon le nouveau Directeur Général de la CCI, Dans l’Etudiant, l’EGC Occitanie est dans le top 20 français (17ème). C’est très bien, ça prouve le haut niveau et la qualité de l’enseignement proposé. Nîmes Métropole va faire venir une autre école de commerce de Lyon. "Nous nous interrogeons sur la cohérence et la complémentarité de cette nouvelle offre… Notre EGC a très bien démarré, nous devons nous rencontrer avec l’agglo pour en parler mais je ne pense pas que les deux écoles soient comparables. Notre diplôme est reconnu, pas celui de l'école lyonnaise".

(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 31 ans et suis journaliste depuis près de dix ans. Nouveau dans l'équipe d'Objectif Gard, je suis en charge de l'actualité de la Camargue Gardoise. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close