A la uneActualitésEconomieSociété

NÎMES L’UPE à Paloma pour parler mécénat

Photo Anthony Maurin).

Le mécénat est une excellente solution pour financer des projets et pour partager des expériences humaines incomparables. L'UPE organisait un café info à Paloma pour en parler et pour promouvoir la chose auprès des chefs d'entreprise mais pas que.

Parmi les participants, un musicien, des responsables de club sportif, un mécène, des personnes qui oeuvrent dans le social et plein de bonne volonté et d'écoute autour d'un sujet aussi vaste et important que le mécénat actif. Sur place, dans l'écrin très créatif de Paloma, les membres de l'UPE venus en nombre sont plus des porteurs de projet que des mécènes mais pour persuader un mécène, autant comprendre comment il fonctionne et pourquoi il donne son argent pour la bonne cause.

Mais au fait, le mécénat, ça vient d'où? Homme politique proche du premier empereur romain Auguste, Caius Cilnius Mæcenas y a laissé son nom! Ce grand protecteur des artistes a permis leur épanouissement qui a conduit l'empire au paroxysme d'une relation entre état, arts et population, la plénitude de l'Homme dans toute sa splendeur.

Céline Rousseau, responsable de la communication et des relations publiques à Paloma et formée l'année dernière à la recherche de mécénat, sait de quoi elle parle. "Il faut trouver un partenaire plus qu'un portefeuille... Il faut établir une relation saine, durable avec des échanges constructifs. Le mécénat est un langage, un don n'est jamais à sens unique".

Photo Anthony Maurin).

Il est certain que depuis la Renaissance, le mécénat a changé, évolué au fil des âges et des révolutions humaines et sociétales. La manière de l'aborder tout comme la législation qui l'entoure. Déjà, il ne faut pas confondre mécénat et sponsoring. "Le mécénat est un don, c'est une cause philanthropique. Le sponsoring est un achat" rappelle Céline.

Du bienfaiteur au partenaire, de l'individuel au collectif, de l'objet à l'expérience partagée, de la commande très personnelles à l'inattendu créatif. Alors, sans les opposer, voici quelques différences qui scindent les deux propositions. Intérêt général "contre" incitation commerciale, déduction fiscale "contre" dépense publicitaire, solidarité "contre" rentabilité... Sans jugement aucun, la France, les Français et les entreprises ont besoin des deux!

Il faut dire que 45% des entreprises qui font du mécénat ne demandent même pas de reçu fiscal! Mais que représente un don? Il a un coût réel de 15% de la somme offerte. La société reçoit une contrepartie plafonnée à 25% de ce don qui est lui-même déductible à hauteur de 60% (entreprises) des impôts. "Les contreparties, c'est le nerf de la guerre" ajoute Céline. Les secteurs qui sont à la mode quand on parle mécénat? Le social, la culture alliée au patrimoine, l'éducation, le sport, la santé ou encore la recherche par ordre décroissant.

(Photo Anthony Maurin).

81% des projets sont financés en local voire sur un plan régional. Le mécénat, c'est avant la proximité, l'interaction au service du territoire et des valeurs communes. Un mécène peut donner de l'argent, peut apporter des biens en nature ou encore des compétences mais il est bon de rappeler qu'en France, 73 % des chefs d’entreprises et cadres dirigeants sont mécènes à titre personnel et que la moitié l'est dans le cadre de leur entreprise. En fait, neuf entreprises sur dix qui font du mécénat sont des TPE/PME!

En tout cas, ce fut une excellente idée que d'avoir initié cette démarche dans les mur flashies de Paloma. Honnêtement, c'était une grande découverte pour bon nombre de participants et, avec une petite surprise à la clé, ces-derniers ont évidemment compris bien des choses. Le temps d'une expérience partagée telle qu'on peut la connaître dans le monde du mécénat, Gabriel, une étoile filante qui a chanté son "Etoile fuyante" avec son émotion, sa guitare et sa voix.

(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 31 ans et suis journaliste depuis près de dix ans. Nouveau dans l'équipe d'Objectif Gard, je suis en charge de l'actualité de la Camargue Gardoise. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close