A la uneActualitésHandballSports GardUSAM

USAM Nîmes se fait reprendre sur le fil !

Confrontée à des Aixois en nette perte de vitesse en cette fin d'année, la Green team a concédé le match nul dans les dernières secondes d'un match à suspense...

Époustouflant hier soir, Desbonnet a encore sorti un gros match (Photo : Jean-Luc Foures/Usam)

Alors que le leader Montpelliérain se coltinera demain un duel au sommet face au Paris-Saint-Germain (3e), son dauphin Nîmois se voyait offrir dès ce soir une belle occasion de conforter sa deuxième place et de finir la phase aller sur une victoire. Manqué pour les Nîmois qui n'ont pu faire mieux qu'un match nul dans ce derby du Sud riche en suspense (25-25).

Avec une banderole où on pouvait lire "Ne nous faites plus honte !" déployée par ses supporters, qui résumait leur état d'esprit et en disait long sur leurs attentes, au coup d'envoi la pression était clairement sur les épaules des Aixois, pourtant vainqueurs l'an dernier au Parnasse mais qui restaient sur quatre défaites d'affilée.

Vozab en échec à 7 mètres manquait l'occasion d'ouvrir le score (1ere). Les gardiens se mettaient en évidence en ce début de partie (2 arrêts pour Desbonnet et 3 pour Pardin). Et il fallait à Nîmes attendre trois bonnes minutes pour déverrouiller enfin le compteur sur un joli "chabala" de Sanad (1-0).

Aix réagissait et Minne donnait l'avantage aux Provençaux (1-2.6e). Heureusement Desbonnet faisait bonne garde et évitait le pire aux siens en mettant régulièrement en échec les attaques visiteuses. La deuxième tentative au penalty était la bonne pour Vozab qui ramenait le score à l'étale (2-2. 8e). Dommage que Rebichon ait loupé un lob apparemment facile (9e)...

Alors que l'Usam profitait au mieux de contre-attaques rapides, meilleurs dans le jeu placé les Aixois trouvaient régulièrement la faille dans l'axe de la défense nîmoise pas toujours concentrée à l'image de Tobie surpris en train de saluer un ex-coéquipier Aixois tandis que le jeu se déroulait (5-7. 15e).

L'entraîneur Franck Maurice prenait la mesure des événements et faisait rentrer Prandi et Salou pour tenter de redonner un peu d'allant à une attaque maladroite dans la finition. Prandi puis Sanad bonifiaient le jeu rapide des Nîmois mais Aix menait toujours le bal (7-8. 20e). Et c'est finalement Nyateu qui ramenait les siens à parité (8-8. 21e).

Aix manquait un nouveau penalty et une belle occasion de prendre deux buts d'avance (8-9. 23e). Le mano a mano reprenait de plus belle... Sous le portique aixois, Pardin multipliait les exploits face aux artilleurs gardois, pas particulièrement adroits et inspirés il est vrai... Et à la mi-temps, grâce à Desbonnet, c'était un moindre mal pour la Green Team de regagner les vestiaires sur un score de parité arraché sur un ultime missile air-air de Prandi qui venait se clouer dans la lucarne (12-12. 30e).

Desbonnet fait le show !

À la reprise, Minne envoyait une...mine et, côté aixois, c'était reparti comme en 40 ! (12-13. 31e). Allumé comme un sapin de Noël, Desbonnet faisait face comme il pouvait... Comme souvent, la solution offensive venait du bras surpuissant de Prandi (14-14. 35e).

Sur un nouveau jet de 7 mètres, Vozab trouvait le gardien Slovène Baznik sur sa route (38e) et Nîmes faisait du sur-place. De retour aux avant-postes sous le regard de l'ancien champion du monde Olivier Girault, Nîmes réalisait son premier break de la partie après 40 minutes (16-14).

Dernier rempart infranchissable, Desbonnet dégoûtait les tireurs de penalty visiteurs. La confiance basculait côté Gardois et Nîmes posait son empreinte sur le match  (19-16. 44e). Mais alors qu'on croyait les Nîmois bien lancés, une période de perte de concentration des Verts permettait aux visiteurs de revenir à égalité et tout était à refaire (19-19. 50e). Pire ! Aix repassait devant (19-22. 51e).

Gros trou d'air côté nîmois...

Nîmes perdait pied inexplicablement ! "On va revenir !", lâchait le capitaine Rebichon durant un temps-mort demandé par Franck Maurice après que les siens ont encaissé un sévère 7-0 lors d'une période de disette de 10 minutes !

À 20-23 (55e), Nîmes se retrouvait clairement en difficulté et le money-time s'annonçait brûlant... En infériorité numérique et dans un choix ''but vide'', Aix ne s'en laissait pas compter. Après une première tentative manquée, en relais de Vozab, Gérard, l'ancien aixois, ne manquait pas sa deuxième chance à 7 mètres (22-23. 56e). Mais c'est Rebichon qui raccrochait les bidons nîmois à 3 minutes de la fin (23-23. 57e). Les dernières possessions de balle allaient s'avérer cruciales...

Après avoir bien défendu sur une possession visiteuse, les Nîmois avaient en main la balle de match et George trouvait la cible côté droit dans un vacarme indescriptible ! (25-24. 59e). Mais il était dit qu'on n'en resterait pas là et le destin facétieux offrait un match nul inespéré aux Aixois pourtant encore diminué numériquement alors qu'il ne restait que 7 secondes à jouer (25-25) ! "C'est une faute, ce point perdu", commentait à chaud Desbonnet,  terriblement déçu. Et comme on le comprend...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com

 

 

 

 

 

 

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité