A la uneActualitésSociété

SAINTE-ANASTASIE La grogne monte à la crèche !

En grève mardi 19 décembre, le personnel de la structure d’accueil pour enfants remet en cause son intégration au sein de celui du futur prestataire chargé de la délégation de service public...

La crèche de Sainte-Anastasie (Photo : capture d'écran Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Les remous qui agitent la crèche "1, 2, 3 ' Soleil" de Sainte-Anastasie n'ont rien à voir avec la nativité ! Gérée depuis 2003 par le Syndicat intercommunal à vocation unique (SIVU) des Meyrannes, créé à cette occasion par les municipalités de Sainte-Anastasie et de Dions, la crèche va tomber dans le giron du SIVOM (Syndicat intercommunal à vocation multiples) de Leins-Gardonnenque qui va absorber le SIVU et assumer la compétence "Petite enfance". Mais ledit SIVOM a lancé un appel d'offre pour une délégation de service public. Une nouvelle donne qui ne semble pas donner satisfaction aux employés...

D'une capacité de 25 berceaux, la crèche anastasienne était initialement destinée à n'accueillir que les enfants de la commune et ceux du village de Dions. Mais au fil du temps, la structure s'est régulièrement ouverte à des usagers d'autres communes à l'entour ne participant pas aux frais de fonctionnement. C'est certainement ce qui a conduit les services préfectoraux à rectifier le tir et à intégrer la crèche au SIVOM de Leins-Gardonnenque à partir du 1er janvier prochain.

Jusque là, rien d’extraordinaire. Si ce n'est que le personnel actuellement employé par le futur...ex-SIVU conteste les modalités de sa mise à disposition au futur titulaire de la délégation de service public (DSP). "Depuis des mois, la direction du SIVOM, qui pilote la mise en place de cette DSP,  fait pression sur le personnel afin qu'il signe de son propre chef une demande de détachement qui aurait pour effet de le faire intégrer le personnel de l'entreprise choisie, via un contrat lambda de droit privé", évoque la secrétaire du syndicat SUD/Territoriaux, Dominique Bacha Marino. Selon elle, "c'est la société Présence 30 (spécialisée dans le service à la personne, NDR) qui aurait été présentée au personnel de la crèche comme l'attributaire de la DSP. Après bien des atermoiements, les neuf agents de la crèche viennent de se voir proposer un contrat par le futur prestataire mais ce nouveau contrat leur ferait perdre jusqu'à 200 euros mensuel de salaire dans certains cas. Deux personnes l'ont signé, deux autres sont actuellement en arrêt maladie et les cinq autres ont refusé. Ces contrats comportent des clauses qui bouleversent les plans de carrière et des clauses de mobilité qui affectent le statut actuel des agents."

Toujours selon la même, après une médiation collégiale entamée par les différents acteurs de cette DSP, la question des baisses de salaire aurait été revue mais il ne serait prévu aucune convention permettant d'assurer les intérêts des salariés sur les autres points d'achoppement. À ce jour, les employés réclament le maintien de leurs avantages acquis et une mise à disposition "traditionnelle" sans changement de statut. Un rendez-vous est programmé ce jeudi 21 décembre, à 17h30, avec le président du SIVOM Leins-gardonnenque, Michel Martin , le maire de Saint-Géniés-de-Malgoirès. À suivre...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com    

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société...

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité