A la unePolitique

SAINT-CHRISTOL Les vœux moroses de Jean-Charles Bénézet

Ce mardi 9 janvier, le maire de Saint-Christol-lez-Alès, Jean-Charles Bénézet, a prononcé ses vœux devant plusieurs centaines de ses administrés

Le maire de Saint-Christol-lez-Alès, Jean-Charles Bénézet. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Haie d'honneur dès l'entrée. L'accueil avait de l'allure, hier soir à la Maison Pour Tous de Saint-Christol. Jean-Charles Bénézet et les membres de son conseil municipal ont salué un à un les invités, avant de se rendre sur la scène où la soirée a commencé par la projection d'une vidéo montrant les atouts économiques de la ville. On retiendra que Saint-Christol héberge près de 300 entreprises dont des fleurons comme Coudène (la brandade) ou le constructeur automobile PGO.

Le maire de Saint-Christol-lez-Alès, Jean-Charles Bénézet. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Le maire de la deuxième plus grande commune d'Alès Agglo (en nombre d'habitants) a ensuite prononcé son discours, pendant près de trente minutes. Avec le sérieux d'un comptable, dans son costume gris et derrière ses lunettes rectangulaires, Jean-Charles Bénézet a eu le mérite de ne pas vendre du rêve à ses administrés : aucune promesse, beaucoup de regrets (essentiellement d'avoir eu des prédécesseurs qu'il ne prendra pas la peine de citer), et un avenir qui s'annonce triste, voire difficile. Non, c'est sûr, le maire n'a pas été populiste contrairement à "avant quand les subventions étaient supérieures à l'année précédente et quand les projets étaient subventionnés jusqu'à 80%". Rappelant qu'il serait tellement "plus facile d'augmenter les impôts", l'édile a assuré qu'il n'en ferait rien mais qu'il faudrait, en revanche, faire preuve de patience. Par chance, les Saint-Christolens semblent habitués. Quand Bénézet évoque la voie de contournement, le "serpent de mer", ça glousse dans la salle. On apprend au passage que l'enquête publique est prévue en 2018.

Parmi les autres projets qui devraient avancer cette année, il cite le vestiaire du Rouret ainsi que les toitures des bâtiments communaux, dont celle de la Maison Pour Tous. Jusqu'à la fin de son discours, Jean-Charles Bénézet s'en tient à sa ligne de conduite : "en ne cachant pas les difficultés". Il rappelle le montant de la baisse des subventions dans sa commune, "314 000€ entre 2015 et 2017", la fin des contrats aidés sous l’œil attentif du député Olivier Gaillard et les couacs de la réforme des rythmes scolaires... Bonne année quand même !

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “SAINT-CHRISTOL Les vœux moroses de Jean-Charles Bénézet”

  1. PGO un fleuron ? Vous feriez bien y compris le maire de voir les comptes de cette entreprise depuis sa création. C’est surréaliste …bon l’actionnaire renfloue. A quoi bon cette description du maire en petit apparatchik soviétique!

  2. Peuchérou!
    En ne faisant pas de promesse sur ce qu’il va faire, il nous promet surtout de ne rien faire!
    Malgré son inaction, les deniers de la commune ne pas aussi bien gérés que ce que nous l’avait vanté Monsieur le Maire par défaut pendant sa campagne. Il nous avait promis une gestion en bon père de famille (selon le vocabulaire imaginaire de la bonne droite qui plait à pépé) et au final, il se retrouve épinglé par le dernier rapport de la Chambre régionale des Comptes!
    D’ailleurs, en a-t-il parlé dans son discours façon Churchill de pacotille (je vous promets du sang et des larmes, boouuuhh!)?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité