Politique

TRESQUES Alexandre Pissas promet une année 2018 « encore plus intense »

Toujours parmi les premiers à tirer en janvier, le maire de Tresques et vice-président du Département Alexandre Pissas présentait ses voeux à la population mardi soir dans une salle des fêtes toujours trop petite.

Le maire de Tresques Alexandre Pissas lors de sa cérémonie de voeux mardi soir (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Maniant l’emphase sans modération à défaut de donner des chiffres (« je ne vous livrerai aucun coût », préviendra-t-il), l’édile a respecté le canevas traditionnel des discours de voeux : bilan et perspectives.

Côté bilan, Alexandre Pissas a souligné « une activité associative d’une rare intensité, comme Tresques n’en avait jamais connue auparavant », le retour à la semaine de quatre jours à l’école « malgré l’excellence des intervenants », la mise en sécurité des vitraux de l’église, la création de la plateforme pour les chasseurs, la restauration de chemins endommagés par les intempéries, la remise en état du jardin d’enfants par un chantier social, l’arrivée d’un médecin en janvier 2017, suivie cette année de celle d’une esthéticienne à côté de la Poste. Emphase toujours, le maire soulignera « une date à marquer d’une pierre blanche, le 25 octobre, un événement historique tant attendu : la destruction du mur le long de la Tave. On l’attendait depuis trente ans. » Il faut dire que ledit mur avait un impact très négatif sur bon nombre de riverains du cours d’eau en cas de crue.

« Le programme de 2017 a été intense, les projets de 2018 vont l’être encore plus », lancera l’édile, avant d’énumérer les projets. Citons la réalisation d’un trottoir rue de la Carmignane, l’acquisition d’une parcelle dans le centre village, la cession de l’immeuble situé en face de la mairie à la Société d’économie mixte immobilière du Département du Gard (la SEMIGA), présidée par… Alexandre Pissas « pour réaliser trois nouveaux logements à loyer modéré. » La petite salle des fêtes dans se configuration actuelle ainsi que ses éternels rideaux verts ont vécu : la salle municipale sera entièrement rénovée, et les travaux démarreront au printemps. Deuxième projet d’envergure, « la réalisation d’une maison pour les services proposés au public sur la place des Martyrs-de-la-Résistance. »

Le tout notamment financé par deux prêts bancaires. Des banques « qui ont considéré que nos taxes ménages étaient ridiculement basses, avec un taux de 5,1 % pour la taxe d’habitation, alors que la moyenne du Gard est de 27 %, de 8,8 % pour la taxe sur le foncier bâti, alors que la moyenne est de 25 % et de 50 % pour le foncier non bâti, alors que la moyenne est à 75 % », a affirmé le maire, avant de rappeler que « nous avons été obligés d’augmenter un peu les taxes, en faisant passer la taxe d’habitation à 5,7 % et la taxe sur le foncier bâti à 9,7 %. »

Taxes toujours, avec un soupçon de politique nationale. Evoquant les « propos parfois imprécis du gouvernement » quant au devenir de la taxe d’habitation, Alexandre Pissas rappellera que « l’Etat dit que ce sera compensé à l’euro près. C’est une promesse. Les promesses rendent les enfants heureux, et je me sens un peu enfant. » Quand bien même, « Tresques s’en sortira toujours », lancera le maire, « car le personnel et les élus s’imposent une grande discipline budgétaire, ici il n’y a pas un euro de gabegie. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité