A la uneActualités

NÎMES Un message intergénérationnel sous l’œil des caméras de TF1

Hier, deux classes de l'école primaire d'Alzon ont apporté à leurs aînés et voisins du pôle gériatrique Indigo, des cartes de vœux fournies par l'artisan de l'opération "Cartes du cœur" et rédigée par leurs soins.

(Photo Véronique Palomar)

Hier après-midi ne ressemblait pas tout à fait aux autres jours pour les élèves de deux classes de CM1 et CM2 de d'Alzon. Ils se rendaient chez leurs voisins, au pôle gériatrique Indigo de la Croix Rouge, pour offrir à un ancien, une Carte du cœur rédigée par leurs soins.

Une façon de créer et d'entretenir des liens entre les générations. Mais pas seulement. L'opération a interpellé TF1 qui a envoyé une équipe de tournage en reportage. Un sujet qui sera diffusé dans le 13h d'aujourd'hui. Ou à revoir sur My TF1 si vous n'avez pas le temps.

"Lien intergénérationnel". On peut trouver l'expression à la mode tant elle court sur toutes les lèvres. Mais là, nous sommes bien au-delà de la tendance. "Tout a commencé quand j'ai perdu ma grand-mère l'an dernier", confie Nicolas Palop à l'origine de l'opération. "Elle était dans un EPAD. J'allais la voir, la solitude des personnages âgées, ce monde clos, ça me brisait le cœur."  Nicolas Palop, associé dans une agence de pub, vient de créer une start up, Iconova, qui se présente comme "un concept store Chrétien", créé et vend, entre autres choses, beaucoup de carterie chrétienne design, ornée de psaumes ou de messages "qui véhiculent des valeurs positives. Au même moment, j'ai appris que le pasteur Jean-Louis Poujol, à l'origine de l'idée, ne souhaitait plus continuer l'opération. Je suis allé le voir et lui ai proposé de prendre le relais à ma façon. Il a accepté avec enthousiasme." Et c'est ainsi que sont nées les Cartes du cœur nouvelle version. Cette année, 526 cartes rédigées par une population très diverses ont été distribuées dans 6 maisons de retraite du Gard. Avec une petite variante pour les enfants de l'école d'Alzon puisque qu'ils ont apportés eux-mêmes leur carte.

Choisissez qui vous voulez

Albane  a spontanément choisit Berthe et la discussion s'engage rapidement (photo Véronique Palomar)

En rang et très sages, chacun muni de sa carte, les élèves ont attentivement écouté les consignes de notre consœur de TF1 : "Ne pas regarder la caméra, être naturels… " Puis, accompagnés de leur institutrice et du directeur d'établissement, Laurent Vernettes, ils se rendent à quelques mètres de là dans une grande salle où les pensionnaires les attendent avec impatience. Après une brève présentation de l'opération, le directeur a enjoint chaque enfant à offrir sa carte à la personne de son choix. "C'est important parce qu'il vont vivre la réception d'un mot gentil, ce qui est assez rare, précise le directeur en aparté. "En général, quand on envoie une carte, on ne voit pas le réceptionnaire en train de la lire."

Connivences

Berthe et Albane tout sourire (photo Véronique Palomar)

Un peu timides, les enfants se dirigent vers les grands-parents. Mais dès qu'ils ont donné leur présent, l'ambiance se détend et les conversations s'engagent, parfois croisées, les pensionnaires comparant leur courriers, ravis. Sourires, et même larmes d'émotion. Quelques gros bisous qui claquent sur les joues des petits. Nicolas Palop est ravi : " c'est important de donner du sens à ce que l'on fait. Quand je vois tous ces sourires et même ces larmes ça me fait chaud au cœur", s'émeut-il. Berthe a été choisie par Albane. L'enfant sourit heureuse des compliments de la dame sur son dessin et les phrases rédigées en plusieurs couleurs. Puis, assises l'une à côté de l'autre, elles papotent comme de vieilles connaissances. "Je suis heureuse de faire plaisir et de donner un peu de bonheur", confie Albane sous le regard pétillant de gaieté de Berthe.

Tout finit en chanson, comme dans les contes. Les élèves interprètent l'enfant et l'oiseau pour un public conquis. Laurent Vernettes est persuadé du bien fondé des contacts entre les générations. Pas seulement pour meubler la solitude des aînés mais aussi pour retrouver la transmission, le contact. "Ça fait partie du vivre ensemble", argumente le directeur. La mémoire vivante est une transmission passionnante pour les jeunes. Laurent Vernettes l'a constaté à de nombreuses reprises. Les enfants de son école se rendent régulièrement chez leurs aînés à l'occasion des crêpes ou pour leur faire partager un travail. Remettre l'humain au centre des valeurs de l'éducation, cela semble si simple…

Un sujet à voir au 13h00 de TFI du jour ou à revoir sur MY TFI

Véronique PALOMAR

Les Cartes du cœur

 

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “NÎMES Un message intergénérationnel sous l’œil des caméras de TF1”

  1. Je connais bien la société qui fait les cartes et je trouve leur concept très bon !
    Créer des produits tout en inscrivant des phrases religieuse, mais aussi apaisante pour nous tous ….
    Je vous conseille d’aller y faire un tour ! : https://www.iconova.fr/
    (je n’ai pas de part dans la société … 🙂 )

  2. C’est génial ! Il faudrait le développer dans un maximum de maisons de retraite ! En tout cas bravo pour ce bel instant offert à ces deux générations !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité