A la uneActualitésPolitique

NÎMES MÉTROPOLE Yvan Lachaud fait la leçon à Jean-Paul Fournier

Derrière son pupitre pour ses vœux, le président de Nîmes Métropole a été l’archétype même du professeur... Dissertant sur le bien-fondé de ses projets, l'homme a voulu parer aux attaques de son ex-allié républicain, Jean-Paul Fournier.

Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole. Le Centriste est arrivé à la tête de la communauté de communes après les municipales de 2014, grâce à un accord politique conclu avec le maire Républicains de Nîmes. (Photo : Coralie Mollaret)

C’est dans la salle de spectacle Paloma que le président de Nîmes Métropole a présenté hier soir, ses vœux pour 2018. Derrière son pupitre, le directeur de l'Institut d'Alzon n’avait qu’une envie : faire la leçon à l’élève Fournier. D'ailleurs, il ne fallait pas être grand analyste politique pour décoder les messages subliminaux destinés au maire de Nîmes. 

Fonds de concours et 3eme voie

Le Centriste a d’abord évoqué les fonds de concours. Des subventions versées aux communes de l’Agglo, âprement critiquées par Nîmes pour être un outil clientéliste. « Notre responsabilité est de permettre aux communes de se doter d’équipements qu’elles ne peuvent pas financer seules ! », se défend l'exécutif. Et de préciser, avec malice : « en 2017, 11 M€ ont été distribués par Nîmes Métropole... dont 1,5 M pour la patinoire de Nîmes ! » 

1 400 personnes selon les organisateurs sont venus assister aux voeux du président de Nîmes Métropole. (Photo : Coralie Mollaret)

La démonstration se poursuit avec les « grands projets » qui font débat, comme la gare LGV de Manduel. Le maire de Nîmes a fait de la troisième voie (navette reliant la gare centrale à la gare LGV) une condition sine qua non de la réussite de cet équipement. Président depuis 2014, Yvan Lachaud se rappelle au bon souvenir de l’édile : « À aucun moment dans la convention signée en 2012 ne figure cette troisième voie ! »

Alors, l'homme assure que  « tout va bien » : « Manduel est le seul endroit où nous avons une liaison ferrée avec la gare centre. Au démarrage, il y aura 21 Transports express régionaux (TER) qui relieront les deux gares pour permettre aux voyageurs de prendre les 14 Trains à grande vitesse (TGV). La SNCF et la Région travaillent sur la concomitance des horaires, comme ça se fait à Valence. »

Parc d’attraction sur la romanité

Sans agressivité, le professeur Lachaud poursuit sa leçon. Un sujet de discorde entre les deux clans : la zone d’aménagement autour de la gare LGV. La droite nîmoise estime que le projet est trop flou, fourre-tout. « Mensonge ! » réplique le Centriste, « nous avons trois candidats qui veulent installer un hôtel près de la gare (…) Quant au futur parc d’attraction, la Compagnie des Alpes nous a dit qu’elle est très intéressée pour en installer un sur le thème de la romanité. » Une étude sur 50 hectares doit être livrée en mars.

Comme tout bon pédagogue, Yvan Lachaud digresse. S'éloignant de son discours, il évoque un autre sujet. La dette de Nîmes Métropole. En 2018, les créances s'établiront à 380 M contre 174 M en 2014. S'il n'y a pas péril dans la demeure, l'explication fournie par le Centriste laisse un peu à désirer : «  On ne peut pas comparer la dette d’une collectivité municipale et intercommunale (…) Dans l’eau et l’assainissement on investit… Comment est financée cette dette ? Par l’eau et l’assainissement… Donc tout va bien. »

Pas sûr que l'assistance ait compris la démonstration du professeur Coué. Pour autant, Yvan Lachaud a encore quelques années devant lui pour affûter sa leçon...

CM

coralie.mollaret@objectifgard.com

Et aussi :

Quel avenir pour la base Oc’via ? Il s’agit d’un terrain de 80 hectares, au bord du chemin des canaux, qui a servi de base de travaux pour le contournement ferroviaire Nîmes Montpellier. « Je vois le président de la SNCF dans quelques jours pour installer une base logistique qui pourrait nous amener un millier d’emplois », a annoncé le président Centriste.

100 agents. C’est le nombre de fonctionnaires supplémentaires que Nîmes Métropole a embauché « en trois ans. » Yvan Lachaud justifie cette hausse de la masse salariale par « les cinq compétences que nous avons prises en trois ans. »

Baisse du prix de l’eau et de la TEOM. « En 2014, le taux de la TEOM était de 14,5% à Nîmes. Il est passé à 10,71%. C’est 6,6 M€ qui sont prélevés en moins dans la poche de nos contribuables. Maintenant nous allons faire pareil sur l’ensemble des communes… Cette année, nous allons passer à 12% et l’année prochaine, à 10,71%. Voilà l’engagement », a annoncé M.Lachaud qui assure « jusqu’à la fin de notre mandat, il n’y aura pas d’impôts supplémentaire. »

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “NÎMES MÉTROPOLE Yvan Lachaud fait la leçon à Jean-Paul Fournier”

  1. Quand on me dit BOUSQUET, j’entends : dette
    Quand on me dit LACHAUD, j’entends : Dexia … et en la matière je ne veux pas de leçon de ce professeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité